LES BUNKERS

Les solutions incontournables pour accepter les paiements en ligne

Si tu vends des produits ou des services et que tu n’acceptes pas les paiements en ligne, tu te coupes des ventes. Il y a littĂ©ralement des clients potentiels qui sont devant leur ordi, qui crient “take my money” en secouant leur Ă©cran et qui attendent seulement que tu leur permettes de te payer en ligne (j’exagĂšre Ă  peine!). Sauf qu’ils n’attendront pas indĂ©finiment; ils iront assez vite chez le compĂ©titeur si, lui, accepte les paiements en ligne.

Et ça, c’est le noeud du problĂšme. On est rendus Ă  un moment oĂč accepter les paiements en ligne ne va pas nĂ©cessairement t’avantager et te placer au-dessus de la compĂ©tition: c’est devenu la norme!

Mais quand on ne respecte pas cette norme, on se retrouve avec les conséquences: ne pas vendre en ligne va bien vite te tasser loin en dessous de tout le monde et te laisser seul et sans le sous, en petite boule, dans un coin sombre à maudire le systÚme


Bon, j’exagĂšre encore, je sais, mais je te garantis que ça va te pĂ©naliser Ă©-nor-mĂ©-ment (et j’insiste sur chaque syllabe de ce mot).

Oui, la vente en ligne ça peut avoir l’air d’une grosse bĂ©bitte intimidante. Mais sincĂšrement, ce n’est vraiment pas si compliquĂ© que ça et tes craintes ne sont probablement pas justifiĂ©es. Pour te le prouver, on va commencer par dĂ©molir quelques mythes:

Mythe #1: les frais d’utilisation sont trop Ă©levĂ©s, ça ne vaut pas la peine

Tu n’es pas sans savoir qu’ĂȘtre en affaires, ça implique des frais. On refile notre argent de tous les cĂŽtĂ©s: on paye de l’impĂŽt, des taxes, des logiciels, des droits d’utilisation, des licences
 Et des frais associĂ©s aux plateformes de paiement. C’est le coĂ»t d’ĂȘtre en affaires.

Les taxes et les impĂŽts, on n’a pas une grande marge de manoeuvre pour s’en sauver et demeurer lĂ©gal. Pour les autres frais, tout est une question de rentabilitĂ©. C’est bien correct et tout Ă  fait normal d’avoir des frais, si ça nous permet d’ĂȘtre encore plus profitables. Et c’est dĂ©finitivement le cas avec les plateformes de paiement en ligne.

Qu’est-ce que 3% de frais, 6%, 8%
 si tu augmentes ton chiffre d’affaires de 30%?

Mythe #2: c’est trop compliquĂ© pour que je mette ça en place moi-mĂȘme

Alors lĂ , c’est archi-faux. C’était peut-ĂȘtre vrai il y a une quinzaine, voire une dizaine d’annĂ©es, mais aujourd’hui il existe des solutions de paiement que ton petit voisin de cinq ans serait capable d’utiliser pour vendre ses toutous pokĂ©mon en ligne si l’envie lui prenait.

Il y en a pour tous les besoins et tous les niveaux de compĂ©tences. HĂ© oui, mĂȘme pour les technosaures.  

Mythe #3: ça va ĂȘtre trop compliquĂ© de gĂ©rer un inventaire en ligne et un inventaire physique en mĂȘme temps

Encore lĂ , faux! Il existe ce qu’on appelle les POS (point of sale) qui permettent de synchroniser l’inventaire avec les ventes faites en magasin et celles faites en ligne. Ce n’est pas le sujet de cet article, mais sache que ça existe et qu’il y a plusieurs solutions trĂšs intĂ©ressantes (entre autres Square, Lightspeed et Shopify POS).

Mythe #4: ça ne vaut pas la peine, mes clients ne sont pas du genre à payer en ligne


PremiĂšrement, qu’est-ce qui te permet d’affirmer ça? đŸ€” As-tu rĂ©alisĂ© un sondage auprĂšs de ta clientĂšle, qui t’aurait rĂ©pondu d’un unanime “on veut rien savoir” ? Si la rĂ©ponse est non, alors ce ne sont que des suppositions qui risquent fort d’ĂȘtre bien d’ĂȘtre fausses. Et mĂȘme si c’était vrai (et je dis bien “si”), ne nĂ©glige pas le fait qu’accepter les paiements en ligne ouvrirait la porte Ă  une toute nouvelle clientĂšle qui pourrait faire grimper ton chiffre d’affaires.

Mythe #5: Je n’ai mĂȘme pas de site web, je ne peux pas vendre en ligne

PremiĂšrement, si tu n’as pas de site web, tu devrais en avoir un. Fais-toi un site web, ou au moins une page web. Si tu ne sais pas par oĂč commencer, va lire cet article: WordPress VS Squarespace: la comparaison ultime.

Mais, mĂȘme si tu n’as pas encore de site web, tu peux quand mĂȘme commencer Ă  vendre en ligne. Il existe plusieurs solutions qui te permettent d’intĂ©grer ton offre Ă  mĂȘme leur application web et qui te donnent ensuite un lien que tu peux partager, ou que tu peux intĂ©grer dans une page de capture (landing page) pour vendre des produits et rĂ©colter les paiements sur le champ (voir l’épisode de podcast “Comment crĂ©er des pages de capture ridiculement efficaces”).

Les solutions de paiements en ligne

Bon! maintenant qu’on a dĂ©truit ces mythes, il ne te reste aucune raison valable de ne pas vendre en ligne 😁.  Reste Ă  savoir quelle solution est idĂ©ale pour toi et passer Ă  l’action!

Puisqu’il y a trente-six mille outils et plateformes que tu pourrais utiliser, commence par te poser ces questions pour mieux cerner tes besoins:

  • Quel est ton budget: est-ce que tu peux te permettre d’investir un montant tout de suite, ou tu prĂ©fĂšres ne pas avoir d’investissement initial mais laisser aller un plus haut pourcentage sur tes ventes?
  • Qu’est-ce que tu veux vendre en ligne: un produit unique? Plusieurs produits qui nĂ©cessitent un panier d’achats? Un abonnement Ă  paiements rĂ©currents? Des services?
  • Quelles sont les plateformes que tu utilises dĂ©jĂ ? Peut-ĂȘtre que tu as dĂ©jĂ  un site Internet montĂ© sur WooCommerce, ou seulement une page Facebook pour ton entreprise. D’une façon comme d’une autre, la plateforme de paiements que tu vas choisir doit ĂȘtre compatible.
  • Est-ce que tu veux vendre Ă  l’international? Dans ce cas, la gestion des taxes et des devises est Ă  considĂ©rer quand tu feras ton choix.
  • Est-ce que tu veux vendre en ligne seulement, ou Ă©galement en personne? Tel que mentionnĂ© un peu plus haut, une solution compatible avec un P.O.S. pourrait ĂȘtre Ă  considĂ©rer.

Passerelle de paiement VS plateforme transactionnelle

Avant de prĂ©senter les diffĂ©rentes solutions de paiement, c’est trĂšs important de comprendre la diffĂ©rence entre une passerelle de paiement et une plateforme transactionnelle.

La passerelle de paiement, c’est ce qui va faire le pont entre l’institution financiĂšre du compte vendeur et celle du compte acheteur pour qu’il puisse y avoir une transaction sĂ©curisĂ©e sur internet. C’est l’intermĂ©diaire qui va vĂ©rifier que les fonds sont disponibles d’un cĂŽtĂ©, approuver la transaction et transfĂ©rer les fonds. Cette passerelle a donc accĂšs aux numĂ©ros de comptes, de cartes, et tout le tralala.

C’est un peu comme le terminal dans lequel on glisse notre carte au magasin. Mais le terminal ne fait pas de facturation, et ce n’est pas “l’endroit” oĂč on fait nos achats, c’est juste le moyen de payer. On ne pourrait pas acheter grand-chose avec un terminal qui n’est liĂ© Ă  aucun systĂšme de caisse qui va scanner nos achats, calculer tout ça, appliquer les rabais, ajouter les taxes et faire la facture.

L’équivalent du systĂšme de caisse en ecommerce, c’est la plateforme transactionnelle. Donc, elle travaille en “collaboration” avec la passerelle de paiement.

Si on résume la comparaison pour bien comprendre les nuances:

  • Passerelle de paiement = Terminal de paiement qui lie le compte bancaire du client Ă  celui du vendeur pour passer une transaction sĂ©curisĂ©e.
  • Plateforme transactionnelle = SystĂšme de caisse qui comptabilise nos achats, applique les taxes et rabais et fait la facture.
  • Boutique en ligne = ÉtagĂšres d’un commerce qui nous permettent de magasiner et mettre des trucs dans notre panier.

Les solutions pour crĂ©er une boutique en ligne ont dĂ©jĂ  une plateforme transactionnelle intĂ©grĂ©e, qu’il suffit de lier Ă  une passerelle de paiement. C’est le cas, par exemple, de WooCommerce, Shopify et Squarespace. On ne parlera pas des boutiques en ligne aujourd’hui, et si c’est ce qui t’intĂ©resse je te suggĂšre d’aller lire cet article: les 6 meilleures plateformes pour crĂ©er sa boutique en ligne.

Dans cet article, on va plutĂŽt parler des passerelles de paiement les plus populaires et de quelques plateformes transactionnelles qu’on peut utiliser indĂ©pendamment de notre site web. 

Paypal

Paypal, c’est l’aĂŻeul du paiement en ligne. Cette passerelle de paiements est nĂ©e de la fusion des startups Confinity et X.com (dont Elon Musk a Ă©tĂ© cofondateur en 1999). Pour faire une histoire courte, eBay l’a rachetĂ©e en 2002, et les deux entreprises se sont re-sĂ©parĂ©es en 2015.

Bref, pendant longtemps Paypal a Ă©tĂ© la solution par excellence pour les startups qui voulaient rĂ©colter des paiements facilement et pour les clients qui voulaient faire des achats en ligne de façon simple et sĂ©curitaire. C’est pourquoi c’est devenu une solution si populaire, qui s’impose aujourd’hui en tant que mĂ©thode de paiement privilĂ©giĂ©e pour une trĂšs grande portion des transactions en ligne.

C’est vraiment un must. Si tu n’as pas de compte Paypal, je te suggĂšre d’aller t’en crĂ©er un dĂšs que tu auras terminĂ© de lire cet article!

Principales fonctionnalités

  • Passerelle de paiement sĂ©curitaire qui accepte les paiements Ă  partir d’un autre compte Paypal (possibilitĂ© pour le client d’y lier un compte chĂšque), Mastercard, Visa et American Express.
  • CrĂ©ation et envoi de factures et reçus en ligne (par exemple, envoyer des factures par courriel)
  • IntĂ©gration de boutons de paiement sur une page web
  • Terminal en ligne (par exemple, pour accepter les cartes de crĂ©dit par tĂ©lĂ©phone)
  • Accepte 25 devises provenant de 200 pays
  • Passerelle Payflow pour personnaliser l’expĂ©rience de paiement, crĂ©er la page de paiement Ă  l’image du site et choisir les modes de paiement offerts ( frais de transaction supplĂ©mentaires )
  • intĂ©gration de l’API (redirection pour payer avec Paypal et revenir au site marchand, donc pas de stockage d’informations des clients sur ton site web)
  • Paiements rĂ©currents d’un abonnement

Points forts

L’un des principaux avantages de Paypal est sa rĂ©putation. C’est une passerelle de paiement qu’on a l’habitude de voir sur les boutiques en ligne et d’utiliser depuis si longtemps, que son nom est devenu synonyme de sĂ©curitĂ© pour beaucoup de cyberacheteurs. C’est Ă©galement l’une des façons les plus simples de rĂ©gler des achats en ligne avec un compte bancaire/de caisse, plutĂŽt que par carte de crĂ©dit.

Paypal rend Ă©galement la collecte des paiements internationaux trĂšs faciles et ne demande de dĂ©bourser aucun frais de dĂ©part (pas d’abonnement requis ou de frais de mise en route). 

C’est simple: on n’a pas à payer de frais avant de faire de l’argent.  

De plus, Paypal est compatible avec la trĂšs vaste majoritĂ© des plateformes de ecommerce (shopify, woocommerce, squarespace, etc.) et nous permet d’intĂ©grer des boutons sur n’importe quelle page web.

On peut aussi envoyer des factures Ă  nos clients directement en ligne, par courriel, et ils n’ont qu’à cliquer sur le bouton “payer” intĂ©grĂ© dans la facture pour ĂȘtre dirigĂ©s vers une page de paiement. On peut aussi intĂ©grer un bouton Ă  mĂȘme le message courriel.

On peut donc rĂ©colter les paiements en ligne mĂȘme si on a 20 ans de retard technologique et qu’on n’a aucune prĂ©sence web! đŸ˜Č (flabbergastĂ©) 

Et mĂȘme si, techniquement, c’est une passerelle de paiements, Paypal nous permet une certaine flexibilitĂ© quant Ă  la facturation. Par exemple, on peut configurer des paiements Ă  frais rĂ©currents pour un abonnement mensuel ou annuel.

Et finalement, c’est important de spĂ©cifier que les achats rĂ©glĂ©s par Paypal sont sĂ©curisĂ©s par Paypal, donc ça Ă©vite que les informations de carte des clients aient Ă  ĂȘtre stockĂ©es sur ton site web et minimise les risques de fraude.

Points faibles

Paypal est un outil fantastique, mais il n’est pas parfait.

D’abord, Paypal n’est pas disponible dans tous les pays et n’est pas compatible avec toutes les institutions financiĂšres. Donc, si tu vends mondialement, il se peut qu’une bonne partie de ta clientĂšle ne puisse mĂȘme pas se crĂ©er de compte Paypal.

De plus, leur service Ă  la clientĂšle n’a pas la rĂ©putation d’ĂȘtre Ă  tout casser, et en cas de rĂ©clamation les investigations peuvent ĂȘtre trĂšs longues et durer jusqu’à 6 mois. Si Paypal tranche en faveur du client dans une dispute, on ne peut pas faire appel de la dĂ©cision rendue.

Et finalement, Paypal peut décider de suspendre tout compte marchand sans préavis.

Donc, Paypal est une solution de paiement trĂšs versatile et efficace, mais pour ces raisons c’est aussi trĂšs important de ne pas se fier exclusivement sur eux et utiliser Ă©galement une autre passerelle de paiements. On suggĂšre fortement Stripe, qu’on va prĂ©senter ci-dessous.

Clique ici pour le dĂ©tail des forfaits et frais d’utilisation de Paypal.

Stripe

Stripe est d’abord une passerelle de paiement, mais en rĂ©alitĂ© c’est beaucoup plus que ça.

C’est sans doute la solution la plus complĂšte et qui offre la meilleure flexibilitĂ© pour rĂ©colter les paiements en ligne.

Pour simplifier la prise en main, Stripe a divisé ses services en segments, dont les trois principaux sont: Payment, Billing et Connect.

Le plus beau dans tout ça, c’est que selon nos besoins on peut utiliser leurs formules “clef en main” qui sont prĂȘtes Ă  ĂȘtre utilisĂ©es telles quelles, ou bien utiliser des API modulaires pour dĂ©velopper des solutions plus personnalisĂ©es (comme changer un tarif selon le pays de l’acheteur, selon le nombre d’utilisateurs actifs, avoir un tarif variable en fonction de l’utilisation d’un produit, un tarif fixe avec frais supplĂ©mentaire en cas de dĂ©passement d’un quota, etc.)

Bref, si Paypal est un must grĂące Ă  sa rĂ©putation et sa commoditĂ©, Stripe est un must pour tout le reste et constitue en fait le complĂ©ment idĂ©al pour s’assurer d’avoir les meilleurs outils en main.

Principales fonctionnalités

  • Personnalisation des factures
  • Permet de personnaliser l’interface utilisateur ou bien de crĂ©er un formulaire de paiement de toutes piĂšces avec l’API
  • Ajout d’un formulaire de paiement Ă  n’importe quel site web grĂące Ă  un code JavaScript
  • CrĂ©er des factures et conditions de paiements et les envoyer aux clients
  • PossibilitĂ© de crĂ©er et appliquer des coupons-rabais
  • Permet aux clients de payer avec un portefeuille numĂ©rique (Apple Pay, Google Pay, Masterpass par Mastercard, Visa Checkout, etc.)
  • CrĂ©ation de tunnels d’achats personnalisĂ©s
  • CrĂ©ation de plans de paiements complexes et entiĂšrement personnalisables (Stripe billing)
  • Traite les paiements et affiche les prix dans la devise sĂ©lectionnĂ©e par les clients (plus de 135 devises)
  • Accepte les cartes de crĂ©dit Mastercard, Visa et American Express (Canada) et plusieurs autres mĂ©thodes de paiement selon le pays d’origine du compte Stripe.
  • IntĂ©grations avec les plateformes de ecommerce les plus populaires (comme WooCommerce et Shopify.)
  • Compatibles avec plusieurs autres applications, dont: shipstation, zapier, ifttt, slack (notifications), surveymonkey, booxi, zoho (checkout, inventory, invoicing, books, subscriptions), freshbooks, eventcube et Harvest.

Clique ici pour avoir plus de détails sur toutes les fonctionnalités de Stripe.

Points forts

Le principal avantage de Stripe est vraiment sa flexibilitĂ©. Puisque le plugin est open source, il est l’outil idĂ©al des entrepreneurs qui s’y connaissent en programmation.

Et mĂȘme si on ne sait pas programmer, les outils “clef-en-main” de Stripe sont trĂšs simples Ă  utiliser.

Finalement, c’est une passerelle de paiement qui peut ĂȘtre utilisĂ©e conjointement Ă  une foule d’outils avec lesquels elle est compatible. Clique ici pour voir toutes les applications et intĂ©grations compatibles avec Stripe.

Points faibles

Le seul point “faible” de Stripe, et je mets le mot “faible” entre parenthĂšses parce que ce n’en est pas vraiment un, c’est que ses outils sont lĂ©gĂšrement plus complexes Ă  utiliser que d’autres solutions de type tout inclus.

Il faut quand mĂȘme idĂ©alement connaĂźtre certaines bases, comme oĂč aller copier les lignes de codes qui vont gĂ©nĂ©rer les boutons et formulaires de paiement. Donc ce n’est pas un outil totalement pour dĂ©butants.

Toutefois, on peut se limiter Ă  utiliser les plugins dĂ©jĂ  intĂ©grĂ©s aux solutions de paniers d’achats les plus populaires, et ne jamais avoir Ă  toucher Ă  une ligne de code.  

Clique ici pour le dĂ©tail des forfaits et frais d’utilisation Stripe.

Square

Square est une passerelle de paiement qui se démarque par son option POS (point of sale).

Avec Square, on peut non seulement accepter les paiements en ligne, mais aussi en personne grùce à leur lecteur de cartes magnétiques (gratuit) et/ou leur lecteur de cartes à puces sans contact (59$).

Et le plus beau dans tout ça, c’est que si on a une boutique en ligne (par exemple avec WooCommerce) on peut synchroniser notre inventaire web avec les ventes qu’on fait en personne.

Square offre Ă©galement d’autres outils, comme la gestion des employĂ©s, la facturation et la prise de rendez-vous en ligne, ce qui peut vraiment faciliter la vie aux entrepreneurs qui ont pignon sur rue, mais qui veulent amĂ©liorer leur efficacitĂ© grĂące aux outils web.  

Tout peut ĂȘtre gĂ©rĂ© Ă  mĂȘme le tableau de bord qui est trĂšs intuitif et simple Ă  utiliser.

Principales fonctionnalités

  • Transactions sĂ©curisĂ©es en ligne ou en personne grĂące Ă  un lecteur de carte
  • Outil de facturation et collecte des paiements en ligne avec un lien de partage ou l’envoi par courriel
  • Outil de prise de rendez-vous en ligne
  • RĂ©pertoire des clients et possibilitĂ© d’importer une liste de clients 
  • L’outil de gestion des employĂ©s permet d’accorder des niveaux d’accĂšs par employĂ© ou par poste, d’avoir des fiches de prĂ©sence pouvant servir d’horodateur, de rĂ©colter les donnĂ©es des ventes faites par employĂ©s, et beaucoup plus  
  • Le terminal virtuel permet d’accepter les paiements par carte de crĂ©dit avec une saisie manuelle directement dans l’application 
  • CrĂ©ation et gestion de cartes-cadeaux, virtuelles ou en plastique
  • Gestion et synchronisation de l’inventaire avec une boutique en ligne
  • CrĂ©ation de coupons et de remises 
  • IntĂ©grations et synchronisation avec d’autres outils web comme QuickBooks, Xero, zoho books, booxi, shipstation,  woocommerce, mailchimp, ifttt et plusieurs autres 
  • CrĂ©ation d’une liste de produits ou services qu’on peut vendre et intĂ©grer sur notre site web

Points forts

Square et sa suite d’outils sont particuliĂšrement intĂ©ressants pour les entrepreneurs qui offrent des produits ou services “en personne” ou ayant un commerce physique grĂące Ă  sa suite d’outils et sa solution de paiements PDV. 

On peut commander leur lecteur de cartes magnĂ©tiques gratuitement et le recevoir en 10 jours ouvrables. Le lecteur magnĂ©tique peut ĂȘtre connectĂ© Ă  un smartphone ou une tablette (Android ou iOS) directement dans la prise audio, ou une prise lightning (pour cartes de crĂ©dit seulement).

Le lecteur de cartes Ă  puce et sans contact permet d’accepter les paiements sans contact des cartes de crĂ©dit Ă©quipĂ©es de cette technologie, et des cartes de dĂ©bit qui supportent INTERAC Flash, comme une carte Desjardins (limite de 100$ par achat). 

Les frais de transaction sont également moins élevés que ceux passés en ligne et ne sont que de 2.65% par transaction pour les cartes de crédit glissées, insérées ou passées sur le lecteur (+0.10$/transaction pour les cartes Interac). 

Finalement, Square propose aussi diffĂ©rents accessoires qu’on peut ajouter selon nos besoins, pour accompagner leur systĂšme de paiement, comme une imprimante Ă  reçu, un scanner Ă  codes-barres, un tiroir-caisse ou une imprimante Ă  codes-barres et Ă©tiquettes. 

Points faibles

MalgrĂ© le fait que Square propose une panoplie d’outils, son principal point faible se situe au niveau de sa flexibilitĂ© si on veut personnaliser ces solutions. Par exemple, si on veut crĂ©er des plans de paiement le moindrement complexes ou qu’on a besoin d’intĂ©grations spĂ©cifiques, on se rend compte que nos options sont relativement limitĂ©es comparativement aux passerelles de paiement concurrentes.

Donc, si notre principale activitĂ© est le ecommerce et qu’on ne compte pas vraiment faire des ventes en personne, on est mieux d’y aller avec Paypal et/ou Stripe.

Clique ici pour voir quels sont les frais d’utilisation de Square. 

Thrivecart

Thrivecart est une plateforme transactionnelle trÚs puissante qui sait faire beaucoup de choses, et qui les fait excessivement bien. 

Bref, c’est l’outil tout-en-un par excellence qui peut s’adapter au rythme de croissance des entreprises. Il est bien pensĂ©, bien optimisĂ© et peut nous faire sauver beaucoup de temps et de problĂšmes de compatibilitĂ© si on essaie de trouver les mĂȘmes fonctionnalitĂ©s avec une autre plateforme transactionnelle qu’on devrait lier Ă  une panoplie de plugins.  

Principales fonctionnalités

  • Options de paiements: pĂ©riode d’essai (gratuit ou payant), paiement unique, “pay what you want”, plan de paiement, abonnement et tripwire. 
  • PossibilitĂ© de vendre des produits physiques ou numĂ©riques
  • Gestion des abonnements 
  • Calcul automatique des taxes applicables selon les rĂ©gions 
  • PossibilitĂ© de proposer des “upsells” et “bump offers”
  • Permet de crĂ©er des coupons
  • Panier d’achat intĂ©grable sur n’importe quelle page web 
  • CrĂ©ation de tunnels de vente
  • Permet de faire des tests a/b 
  • Gestion des affiliĂ©s 
  • Courriels de rappel automatique (par exemple, pour des paiements en retard dans un abonnement, suite Ă  un essai, etc.)
  • S’intĂšgre avec une panoplie d’outils (active campaign, paypal, stripe, mailchimp, leadpages, zapier, kajabi, memberpress, teachable, shopify, shipstation, et plus)
  • Suivi du pixel Facebook 

Points forts

Le principal avantage de ThriveCart est qu’il combine dans une seule application les options les plus pertinentes dans l’univers du ecommerce ainsi que les outils marketing les plus performants. 

On peut utiliser Thrivecart autant pour vendre des produits physiques ou numĂ©riques que pour gĂ©rer des abonnements ou crĂ©er un programme d’affiliation. On peut Ă©galement intĂ©grer le panier sur n’importe quelle page web, ce qui est particuliĂšrement pratique pour nos landing pages!

L’autre avantage non nĂ©gligeable de ThriveCart est son tarif. Il peut sembler Ă©levĂ©, mais puisqu’il n’y a aucun frais supplĂ©mentaire par transaction, il devient trĂšs vite rentable. 

Finalement, on peut lier ThriveCart à un trùs grand nombre d’applications comme LeadPages, Active Campaign et Zapier. 

Points faibles

La seule chose que j’aurais Ă  redire sur ThriveCart est qu’on ne peut pas personnaliser grand-chose dans le visuel du panier d’achats. Par contre, leur façon de prĂ©senter les Ă©lĂ©ments est optimisĂ©e pour la conversion, donc dans la plupart des cas c’est sĂ»rement mieux comme ça!

Clique ici pour te procurer ThriveCart. 

Plateformes de ecommerce

Si ces solutions ne conviennent pas Ă  tes besoins et que tu as plutĂŽt besoin d’une solution ecommerce qui te permettra de gĂ©rer un grand nombre de produits Ă  partir d’un site web, je t’invite Ă  consulter ces deux articles:

Tout ce que tu dois savoir avant de choisir ta plateforme de ecommerce

Les 6 meilleures plateformes pour créer sa boutique en ligne

L’important, c’est de se lancer!

Si l’univers du commerce en ligne t’intimide, n’aie pas peur de dĂ©buter avec les solutions les plus simples! L’important est que tu puisses commencer Ă  rĂ©colter les paiements le plus tĂŽt possible. 

Tant que tu n’as pas passĂ© cette Ă©tape, tu prives une partie de ta clientĂšle de l’opportunitĂ© de te dĂ©couvrir et de profiter de tout ce que tu as Ă  offrir!

Ma suggestion serait de commencer par te créer un compte Paypal et un compte Stripe.

Ce sont les processeurs de paiement les plus fiables et populaires, et la majorité des plateformes transactionnelles permettent de lier ces comptes pour récolter les paiements, donc peu importe la solution que tu choisiras, tu pourras sans doute la lier à ces comptes. 

C’est Ă©galement une bonne idĂ©e d’utiliser ces deux passerelles en cas de problĂšme avec un compte. Par exemple, s’il y a une dispute avec un client sur Paypal et que le compte est gelĂ© (dans le pire des scĂ©narios, disons), tu pourras quand mĂȘme percevoir les paiements de tes clients grĂące Ă  l’autre option (Stripe). 

Par la suite, tu pourras choisir la plateforme transactionnelle qui convient le mieux Ă  tes besoins!

Tu as aimĂ© cet article? Tu aimerais ĂȘtre informĂ© des futures publications? Abonne-toi par courriel!

Sur le blogue