LES BUNKERS

5 erreurs qu’il ne faut surtout pas faire quand on crée un cours en ligne

Est-ce que tu te souviens du premier cours en ligne qui a accroché ton attention sur le web?

Pour moi, c’était un cours sur la confection de Sushis aux alentours de 2011. J’avais vu passer ça dans un email de Tuango, c’était juste 40$ et c’était écrit qu’on avait accès au cours à vie. À VIE, y penses-tu?!

VENDU!

Avec la naïveté enfantine qu’on revit chaque fois qu’on découvre quelque chose de nouveau, ma première réaction a été d’être ébahie face à ce que je croyais être le « deal du siècle ».

Comme tu t’en doutes, au fil du temps j’ai réalisé qu’il n’y avait rien d’exceptionnel à cette offre, mais ça m’as donné envie de plonger tête première dans le merveilleux monde de l’apprentissage en ligne. 👩🏽‍🎓

Bon, ok, je ne l’ai toujours pas suivi à ce jour mon cours de sushis, donc je n’ai aucune idée de la qualité du contenu pour le prix, mais ça n’est pas important pour le point que je veux apporter qui est le suivant:

Si tu as un talent, une compétence dans laquelle tu as atteint un niveau satisfaisant, c’est quelque chose que tu peux vendre.

Et là j’ai dit « si », mais en réalité, c’est assez rare les gens qui n’ont aucun talent et zéro compétences… et je ne crois absolument pas que tu fasses partie de ce groupe!

Donc, si tu roules les meilleurs sushis en ville, que t’es une machine pour tricoter, que tu as l’oeil pour le design d’intérieur… name it! Il y a probablement des gens qui seraient très heureux de te payer pour que tu leur enseignes tes connaissances.

Créer un cours en ligne, c’est sans doute l’une des façons les plus efficaces de faire de l’argent sur le web en ce moment. Mais attention, j’ai dit « efficace », pas forcément « simple »!

Une fois que tu as fait tes devoirs et validé que ton idée de cours en ligne a sa place sur le marché et répond à un réel besoin, tu vas pouvoir te lancer dans la planification, la préparation et la création de ton cours.

Mais attention! Ça va te sembler simple au début, mais crois-moi, ça peut vite devenir beaucoup plus long, compliqué et onéreux que prévu…

C’est pourquoi je veux te parler aujourd’hui des principaux pièges à éviter avant de te lancer dans la création de ton cours en ligne.

Être ou ne pas être un expert?

LA question numero uno que la majorité se pose avant de décider de créer un cours en ligne est:

Est-ce que je suis assez qualifié(e) pour enseigner un cours en ligne?

Et c’est une question valide!

En effet, qui est qualifié pour être enseignant sur le web?

Dans le système d’éducation « traditionnel », ça dépend beaucoup du niveau où on veut enseigner. Les prérequis ne sont pas les mêmes si on veut être enseignant en maternelle ou prof d’université (logique).

Dans tous les cas, il faut avoir suivi une myriade de cours, avoir une série de diplômes en poche et un statut dans le domaine qu’on veut enseigner allant de connaisseur à sommité.

C’est sans doute pour ça qu’autant de gens se sentent incompétents à l’idée d’enseigner en ligne, et abandonnent le navire avant même d’avoir levé l’ancre.

Le syndrome de l’imposteur frappe fort.

Mais il faut comprendre qu’en ligne, les règles du jeu ne sont pas les mêmes. La valeur d’un formateur ne s’y calcule pas en diplômes ou en ancienneté.

Elle se calcule… hé bien, en valeur!

Est-ce que tu as de la valeur à apporter dans le marché? Est-ce que ton expérience et tes connaissances peuvent bénéficier à d’autres? Est-ce qu’il y a des gens qui en savent moins que toi et qui aimeraient apprendre? Si la réponse à ces questions est oui, il y a de la place pour toi et ta formation sur le web, que tu te considères comme un « expert » ou pas.

N’attends pas d’avoir 30 ans d’expérience avant de te lancer, parce que de toute façon, l’expérience ne garantit absolument pas la performance.

Relis ça, ça vaut la peine: l’expérience ne garantit absolument pas la performance.

C’est bien beau dire « j’ai 30 ans d’expérience dans le domaine », mais à quoi ressemblent les résultats? Est-ce que tu as passé 30 ans dans le champ à joindre les deux bouts de peine et de misère?

À mon sens, quelqu’un qui a 2 ans d’expérience et a obtenu des résultats incroyables est un « expert » plus pertinent que celui qui a 30 ans d’expérience et qui a passé la majeure partie de ces années au bord de la faillite.

Tu n’as pas besoin de tout maîtriser de ton domaine avant de créer un cours en ligne, tu n’as besoin que d’une longueur d’avance sur tes futurs étudiants et du contenu de qualité qui apporte réellement de la valeur et qui a fait ses preuves.

That’s it!

Par contre, cette « liberté » d’enseigner sur le web a les défauts de ses qualités. Ça fait en sorte qu’on retrouve de tout: des formations qui valent de l’or, et des formations qui ne valent pas de la bouse.

Alors, même si tu n’as pas besoin d’être l’expert ultime dans un domaine pour te lancer, ne crée pas un cours en ligne sur tout et n’importe quoi en étant trop pressé, sans avoir pris le temps d’établir ta crédibilité. Tu dois, au minimum, avoir obtenu certains résultats dans ce que tu enseignes, pour toi-même ou quelqu’un d’autre.

Money, money, money!

Créer un cours en ligne sur un sujet dont tu te fiches complètement, juste parce que tu penses que ça va être une belle passe de cash, ce n’est pas une bonne idée.

Admettons qu’il y a un énorme potentiel pour un cours en ligne sur… disons… les roches et minéraux (c’est peut-être le cas, j’en ai aucune idée, je dis ça comme ça), mais que toi, les roches, ça ne t’intéresse vraiment pas. Une roche, c’est une roche, et à moins qu’elle ressemble à une pépite d’or, ça ne t’allume pas du tout.

Si tu décides de créer un cours en ligne sur ce sujet, je te le dis tout de suite, ça va être le combat ultime à temps plein entre toi et la procrastination. Tu vas vraiment rocher (rushert’a pognes-tu… 🤣).

Tu n’as pas besoin d’être complètement passionné par le sujet de ton cours en ligne, ce n’est pas grave si tu ne vois pas de géodes dans ta soupe… Mais tu devrais au moins avoir un intérêt envers le sujet.

Ça va te sembler woo-hoo ce que je dis 🔮, mais fais un petit exercice: spontanément, quand tu penses à ton idée de cours en ligne, qu’est-ce que tu ressens? Est-ce que tu ressens une énergie positive, une petite étincelle de motivation qui te donne toi-même envie d’en apprendre un peu plus sur le sujet, ou, au contraire, une énergie négative et une subtile pointe d’angoisse au creux de la poitrine?

Sois honnête avec toi-même, et tu vas le savoir assez vite si tu devrais trouver une autre idée ou poursuivre avec celle-là.

Si tu n’es pas un cyborgue…

Un jour, peut-être que les humains, dans un scénario digne de Black Mirror, auront une puce qui leur permettra de tout apprendre et tout maîtriser sans avoir à lever le petit doigt.

D’ici là, nous sommes tous des humains parfaitement imparfaits, avec nos forces et nos faiblesses.

C’est tentant de toujours tout vouloir faire soi-même, surtout au début pour sauver des coûts, mais il faut aussi savoir reconnaître quand on serait mieux de déléguer.

Est-ce que c’est réellement un bon usage de ton temps d’apprendre à être vidéaste professionnel en dépensant à l’aveuglette dans du matériel audio-vidéo et en croisant les doigts pour que le résultat soit concluant au tournage de ton cours en ligne?

Peut-être que oui, si tu as déjà des compétences là-dedans et que ça te passionne, ou peut-être que tu devrais plutôt te concentrer sur tes forces et ce qui te motive vraiment: la création du contenu de ton cours.

Shameless plug, si tu es au Québec, les studios d’enregistrement de La Tranchée sont désormais disponibles à la location. Olivier a créé le studio ultime auquel il aurait aimé avoir accès quand il a commencé à faire ses cours en ligne, donc tout est optimisé au maximum en ce sens. Clique ici si tu veux en savoir plus, je ne veux pas que cet article se transforme en infopub! 😅

Il n’y a pas que le côté technique du tournage que tu devrais peut-être déléguer.

Je suis de ceux qui croient en l’importance d’avoir au minimum une base de connaissances dans les principaux domaines nécessaires au bon fonctionnement d’une entreprise, ne serait-ce que pour déléguer à contrats en pleine connaissance de cause.

Mais quand tu atteins ton niveau d’incompétence dans un domaine, déléguer devient sans doute un meilleur usage de ton temps. Que ce soit pour trouver quelqu’un pour la rédaction de textes, la création d’un site web, le montage audio ou vidéo, on te recommande fortement de passer par le site de B2Bquotes. On y a eu recours à plusieurs occasions et on n’a jamais été déçus!

Ton cours n’est pas un pâté chinois

Si tu décides de créer un cours en ligne, j’imagine que c’est parce que tu veux que tes clients le suivent, n’est-ce pas?

Ce serait vraiment dommage que tu te donnes à fond pour créer un cours avec du contenu formidable, mais qu’un maigre 10% de tes élèves suivent le cours au complet… 😬

Malheureusement, ce résultat drastique est trop souvent une réalité.

Il y a plusieurs facteurs qui vont faire en sorte que tes clients/élèves complètent ton cours ou non, dont le sentiment d’être submergé par l’information et le découragement qui s’en suit.

Heureusement, c’est un facteur que tu peux contrer dès le départ, dans la planification de ton cours en ligne. Il faut concevoir ton plan de cours de façon à aider tes élèves à garder la motivation de le suivre et le compléter.

Retiens ceci: tu n’as pas besoin de créer un cours exhaustif qui rassemble l’étendue des connaissances sur le sujet. Trop, c’est comme pas assez.

Tu aurais beaucoup plus avantage à créer un cours avec du contenu clair et qui permettra à tes élèves d’obtenir des résultats rapidement. Quelle serait la façon la plus simple et rapide de leur permettre d’aller du point A au poit B?

Ensuite, tu pourras évaluer les commentaires et les requêtes de tes élèves pour continuer à bonifier ton cours au fil du temps selon les rétroactions.

Vois ça comme servir un repas à tes élèves. Qu’est-ce qui est le plus appétissant et agréable à recevoir et consommer:

1-Une assiette de 20″ bourrée à rabords de steak/blé d’inde/patates mélangés

2-Un trois services bien balancé, dont chaque assiette donne l’eau à la bouche et hâte au service suivant?

La première option est composée d’une portion gigantesque qui, d’un seul coup d’oeil, donne l’impression angoissante qu’on ne parviendra jamais à tout consommer. On reconnaît à peine les ingrédients, tout y est mélangé et le plat lui-même a l’air confus sur sa propre recette.

Tu ne veux pas que ton cours s’apparente à un pâté chinois confus.

La deuxième option est composée de services qui ont un but bien précis (entrée, plat principal, dessert…) et dont les éléments sont faciles à assimiler. Ces différents services peuvent correspondre à des « phases » qui permettront à ton cours d’évoluer de façon lean.

Bref, tu n’as pas à prouver à ton audience à quel point tu sais des choses sur le sujet. Le cours, tu le fais pour tes élèves, pas pour afficher l’étendue de tes connaissances! Tes élèves auront des résultats beaucoup plus intéressants et plus rapidement de cette façon.

L’ingrédient secret: toi!

Qu’est-ce qui fait en sorte qu’un élève va être stimulé pendant qu’il suit un cours et assez motivé pour le compléter?

Évidemment, il n’y a pas qu’une seule raison, mais très souvent c’est la personnalité et l’authenticité de l’enseignant qui vont réellement faire la différence.

Souviens-toi, à l’école primaire ou secondaire (ou autre), je suis convaincue que tu avais un/une prof préféré(e) et que tu ne voyais pas le temps passer pendant ses cours! Tu avais aussi probablement de meilleures notes dans ce cours que dans les autres, même si ce n’était pas forcément ta matière forte.

Pour moi c’était un prof de Bio secondaire 3, et crois-moi, j’étais très loin de correspondre au profil sciences et maths! ^^’

Bref, l’une des erreurs que beaucoup trop de profs en ligne font est de manquer d’authenticité et de ne pas laisser leur personnalité transparaître, de peur de ne pas avoir l’air assez professionnels.

Ne tombe pas dans le panneau! N’efface pas ta personnalité, c’est ce qui fait que les gens vont « cliquer » avec toi, te faire confiance et avoir envie de t’écouter, et de se procurer ton prochain cours, et celui d’après…

Par contre, fais attention à ne pas tomber dans l’autre extrême, tu n’as pas besoin de transformer ton cours en show d’humour non plus!

Voici quelques trucs pour ne pas avoir l’air robotique sans en mettre trop:

  • Ne parle pas comme tu écrirais un papier universitaire, tu vas sonner comme Alexa. On ne veut pas qu’un robot nous enseigne, mais bien un être humain avec sa façon d’être et de parler. Si tu scriptes tes vidéos, relis-les à voix haute avant de les envoyer au téléprompteur pour t’assurer que tout ce qui est écrit, c’est de cette façon que tu le formulerais si tu avais une conversation avec quelqu’un que tu connais bien.
  • Sois à l’aise physiquement pendant que tu tournes, sinon ton malaise va transparaître. Si tu as les yeux jaunes, n’attends pas d’avoir terminé tes scènes avant d’aller à la salle de bain. Si tu as faim, grignotte un peu avant de poursuivre. Si tu as mal dans le dos parce que tu essaies de garder une posture bien droite, ça va se ressentir. Lève-toi, ajuste ta chaise, utilise un bureau comme appui, bref, arrange-toi pour avoir une bonne posture et ne pas ressembler à un céleri mou tout en étant confortable.
  • Tes mains!! Fais attention à ce que tu fais avec tes mains! Quand on est mal à l’aise devant la caméra, ce sont souvent nos mains qui nous trahissent. Soit on gesticule trop, soit on a l’air d’un piquet de clotûre. Si tu ne sais pas trop quoi faire avec tes mains, tiens quelque chose. Que ce soit une tasse de café pour un look décontracté, un stylo, un carnet, les mains sur le clavier/souris d’ordi, vas-y selon ce qui fait le plus de sens pour toi et le contexte dans leque tu tournes.
  • Finalement, fais preuve d’indulgence envers toi-même et tes insécurités, physiques ou autres. Quand j’ai un bouton, je le surnomme le Mont Mélodie et j’ai l’impression qu’on ne voit que ça sur la caméra. Je sais très bien que je suis sûrement la seule que ça obsède, alors je ne m’empêche pas de mettre une vidéo en ligne pour ça. Ne t’empêche jamais d’aller de l’avant parce que tu n’aimes pas ton physique, ta voix, que tu trouves que tu as l’air trop ceci ou pas assez cela. La vulnérabilité fait également partie de l’authenticité, alors sois simplement… toi-même!

Bref, n’oublie jamais que faire preuve d’authenticité, c’est non-seulement saisir l’opportunité de créer une connexion avec ton audience mais aussi celle de te démarquer des autres dans le même domaine!

Ce qu’il faut retenir de tout ça…

Au final, les principaux pièges dans lesquels on risque de tomber quand on décide de se lancer dans la création d’un cours en ligne sont assez simples à éviter:

  1. N’attends pas d’être un « expert » avant de te lancer
  2. Choisis un sujet qui, sans nécessairement te passionner, t’intéresse assez pour te garder motivé tout au long de la création et la vente de ton cours
  3. Apprends quelles tâches tu devrais accomplir toi-même, et lesquelles tu devrais déléguer pour t’assurer d’utiliser tes ressources (temps et argent) de façon optimale
  4. Crée un plan de cours simple qui permettra à tes étudiants de se rendre du point A au point B le plus rapidement et efficacement possible. Utilise les commentaires et suggestions de tes élèves pour remodeler ton cours au fil du temps, plutôt que de tenter de faire le cours ultime le plus complet jamais réalisé sur le sujet dès le départ…
  5. Sois authentique, n’efface pas ta personnalité par peur de ne pas avoir l’air assez professionnel et ne laisse surtout pas tes insécurités prendre le dessus et te mettre des bâtons dans les roues.

Ressources

Pour l’aspect technique de l’enregistrement d’un cours en ligne, si tu es au Québec tu pourrais sans-doute bénéficier de nos installations. Nos studios autonomes (oui oui, tu as bien lu, autonomes!) sont désormais accessibles à ceux qui veulent les louer pour leurs tournages, aussi bien vidéo qu’audio (podcast, livre audio, etc).

Clique ici pour avoir plus d’information!

Aussi, je te suggère fortement la formation de formation de Mélissa Lapierre et Nicolas Harton: Comment vendre plus grâce à la vidéo – Les fondations pour s’exprimer avec naturel devant la caméra et pour créer des vidéos captivantes.

Ce sera un gros « plus » pour le tournage de tes vidéos de formation, mais aussi pour enregistrer des vidéos de vente une fois que ton cours sera prêt au décollage!

Bref, avec tout ça, te voilà sur la bonne route pour te lancer. 😉

Si tu as des questions sur l’article, ou encore une idée pour un cours en ligne ou un cours en préparation, n’hésite pas à nous partager ça dans les commentaires et nous parler de ton expérience!

Tu as aimé cet article? Tu aimerais être informé des futures publications? Abonne-toi par courriel!

Sur le blogue