Comment automatiser et décentraliser son entreprise?

Récemment, j’ai fait quelques articles pour parler non seulement de l’importance en tant que plateforme d’être impartial, mais également de l’urgence d’innover à travers la décentralisation.

Quand j’ai affirmé que, pour rester pertinents, les entrepreneurs doivent décentraliser leurs projets, plusieurs ont eu un gros point d’interrogation dans le front.

C’est quoi ça la “décentralisation”? À quoi ça sert? Et pourquoi est-ce que c’est si important?

Plus je découvre de choses sur ce sujet, plus ça me passionne et, malheureusement pour mes proches, j’ai beaucoup de misère à parler d’autre chose ces temps-ci!

Pour les besoins de la cause, je vais tenter d’être bref et de m’en tenir au nécessaire. La décentralisation mène principalement à 2 choses:

  • L’impossibilité d’arrêter ou d’empêcher l’existence d’un produit/service. Ça réduit les surfaces d’attaque.
  • La confiance n’est plus nécessaire pour opérer.

Avec la montée de l’influence de l’état sur les entreprises, la décentralisation apparaît comme une solution intéressante pour se protéger de l’influence indue de ces gouvernements.

Un projet parfaitement décentralisé est excessivement résilient — la définition même d’anti-fragile. Plus tu essaies de l’arrêter, plus ça légitimise le projet et plus il y a de gens qui le découvre. C’est le [streisand effect](https://en.wikipedia.org/wiki/Streisand_effect#:~:text=The Streisand effect is a,information%2C often via the Internet.).

Dans mon cas, je doute que le gouvernement décide d’organiser un take-down de La Tranchée. Par contre, ça ne serait pas si ridicule d’imaginer qu’ils me demandent de fermer mon site web le dimanche. 😂

La résistance aux attaques est une chose, mais je crois que l’aspect de la décentralisation qui risque d’intéresser davantage les entrepreneurs est celui de la pérennité à travers le temps. Si je meurs demain, qu’est-ce qui se passe avec La Tranchée?

Une fois complètement décentralisé, un projet peut vivre pour l’éternité puisque ce sont les utilisateurs qui maintiennent le projet et lui donne vie.

Satoshi (le créateur de Bitcoin) n’a pas donné signe de vie depuis 2010 et son projet se porte mieux que jamais!

La décentralisation permet non seulement l’immortalité d’un projet, mais elle permet de retirer complètement le besoin de confiance de ses opérations.

Ça permet à des gens de partout à travers le monde de collaborer ensemble sans avoir à se connaître. Les collaborateurs peuvent s’haïr la face et quand même profiter de l’existence des autres!

Comme j’explique dans “Comment devenir riche et dominer le monde”, le rôle d’un entrepreneur est d’innover pour éliminer les ineficacités du marché et générer un profit en capturant la valeur qu’il a libérée.

Exemple: si Pepsi réussi à créer une nouvelle sorte de cannette aussi rigide et résistante, mais qui demande 30% moins d’énergie et d’aluminium à produire, Pepsi peut ainsi augmenter sa marge de profit.

Les ineficacités représentent l’ennemi que l’entrepreneur doit éliminer pour devenir Riche avec un grand “R”.

Fini la confiance!

Figure-toi donc qu’il existe plusieurs types d’ineficacités. Le poids et la taille sont deux facteurs importants dans le transport. Les entreprises de matelas ont été capables de régler une partie du problème en passant à des modèles en mousse mémoire.

Ça m’a pris longtemps avant de réaliser ça, mais le besoin de confiance est également un type d’ineficacité. La confiance, c’est comme du sable dans les engrenages du libre marché.

Présentement, la confiance est un mal nécessaire à toute transaction. Si j’expédie un truc avec Poste Canada, il faut que je fasse confiance que mon colis se rendre à destination en un morceau et dans les temps convenus.

Je dois faire confiance, parce qu’il y a la POSSIBILITÉ qu’ils échouent et que mon colis se retrouve quelque part en Inde. Imagine le frein que ça metterait sur notre économie si un colis sur deux ne se rendait jamais à destination!

Pour te donner un exemple réel, l’événementiel est présentement ravagé par le manque de confiance. Serais-tu prêt à investir 50 000$ pour un événement qui aura lieu dans un an? Qu’arrive-t-il si Legault décide d’empêcher ton événement d’ici là? Tu es baisé!

Le manque de confiance mène à l’incertitude — plus il y a d’incertitude, moins les gens veulent investir.

Ça veut dire qu’autant que possible, les entrepreneurs devraient tenter de minimiser le besoin de confiance à travers leurs opérations.

Pourquoi décentraliser?

Si tu pars de zéro, c’est possible de bâtir ton entreprise sur différents blockchain et être relativement décentralisé dès le départ.

Par contre, lorsque tu as déjà une entreprise, tu ne peux pas te permettre de tout jeter par terre et recommencer. La décentralisation doit donc être ajoutée de façon incrémentale par la suite.

Certains pourraient argumenter que la décentralisation est binaire: soit que tu es résilient à 100% à toute “attaques”, soit que tu ne l’es pas.

C’est un argument que je suis prêt à accepter lorsqu’on parle d’une cryptomonnaie qui veut remplacer le système monétaire au grand complet (Bitcoin), mais en tant qu’entrepreneur, je pense que c’est plus utile de voir la décentralisation comme un gradient. Un idéal vers lequel on tend.

Il y a plusieurs choses que tu peux décentraliser.

Dans l’univers “crypto”, on parle souvent de décentraliser la base de données, la gouvernance, l’hébergement de l’application et la propriété du code.

Mais dans l’univers “business”, on peut également décentraliser les opérations en créant des systèmes pour que tes usagers/clients opèrent l’entreprise pour toi.

Imagine Hydro-Québec, mais tout le monde fait sa propre électricité et tu achètes le surplus de ton ton voisin. Ce système ne serait pas “complètement” décentralisé puisque la mesure de l’électricité et la transaction passerait par le système d’Hydro-Québec, mais la décentralisation de la production mène quand même à un système plus résilient aux attaques.

Right now, un missile bien placé de Xi Jinpin peut faire exploser un barrage et complètement dévaster notre économie. C’est ce que je veux dire en disant que la décentralisant réduit “la surface d’attaque”. Plus c’est décentralisé, plus c’est difficile à attaquer.

Je connais 2 projets qui s’intéressent présentement à la décentralisation du marché d’électricité. Energy Web Token et Power Ledger.

Et, tant qu’à donner des exemples de projet d’infrastructure décentralisé, je dois absolument mentionner Helium (un réseau Internet à basse fréquence pour le IoT) et Helium 5G (un réseau Internet 5G)!

On est au début de la vague et je pense que les gens ne réalisent pas encore tout ce qui s’en vient. Uber, Uber Eats, Waze, Shopify, Amazon… Decentralisation is coming.

Bref, maintenant que tu as une petite idée de ce que veut dire “décentralisation” et des avantages que ça amène, probablement que tu te demandes comment faire pour implémenter ces principes dans ton entreprise.

Je ne vais pas te mentir, on est dans le wild west. La technologie qui permet ça est en plein développement et les gouvernements ne savent pas trop comment réagir.

Comment décentraliser la propriété de ton entreprise.

Dans le reste de l’article, je vais tenter d’expliquer comment je pourrais décentraliser ma propre entreprise: La Tranchée.

Je ne vais pas te mentir, je ne suis pas fiscaliste et il y a probablement un paquet d’obligations légales que je n’ai pas considéré. Ceci étant dit, c’est la première fois de l’histoire qu’on discute publiquement de ce genre de choses. J’ai cherché partout et je n’ai trouvé aucun autre article en français qui aborde le sujet comme je m’apprête à le faire…

Puisqu’on est au tout début d’un discours de société majeur, tes questions, commentaires et opinions sont SUPER importants. Tout au long de ta lecture, prends-toi des notes lorsque tu a des questions/objections et partage-les à la fin dans les commentaires!

Bref! Comment faire pour décentraliser la propriété d’une entreprise existante?

Il faudrait que je commence par transformer La Tranchée en fondation et, en utilisant Juno, créer une cryptomonnaie qui représente les “parts” de l’organisme.

J’émets 1 000 000 $LT Coin détenu par la fondation.

J’en garde 20% pour moi (il faut bien que je me paie!), La Tranchée en vend 20% lors d’une vente privée (pour les formateurs), en donne gratuitement 10% entre tous les utilisateurs et le dernier 50% va dans le compte de l’organisme.

Jusque là, ça marche un peu comme des actions alors ce n’est pas SI étrange comme structure. Où ça devient funky, c’est avec ce qu’on fait avec les jetons détenus par la fondation.

Avec la crypto, c’est possible de “programmer” ton argent à travers des “contrats intelligents”. On pourrait donc “bloquer” 30% de ces jetons et les débloquer progressivement sur 10 ans. On commence par en débloquer plus, disons 25 000 jetons la première année, 20 000 la deuxième, 15 500 la troisième, 10 000 la quatrième, etc.

Puisque la valeur du jeton va augmenter avec le temps, moins de jetons seront nécessaires pour financer les initiatives de la fondation.

Naturellement, deux questions se posent:

Pour répondre à ces deux questions, il faut d’abord parler de l’allocation du dernier 20% des jetons détenus par la fondation et des revenus générés lors de la vente privée.

Pour réussir à déterminer la valeur d’un jeton et permettre les échanges, on peut utiliser ce qu’on appelle un Automated Market Maker (AMM) comme Osmosis.

Peut-être que tu as déjà entendu parler de DeFi (Decentralized Finance). Quand on parle de DeFi, on parle des protocoles/plateformes comme Osmosis. Imagine une banque sans banque ou un stock market sans stock market.

Sur cette plateforme, n’importe qui peut créer un Liquidity Pool (LP), c’est-à-dire une paire de jetons utilisé pour déterminer le prix et permettre aux utilisateurs d’échanger un jeton pour l’autre.

Dans notre cas, je ferais une paire en utilisant $LT et un stablecoin comme $CAT (un stablecoin décentralisé basé sur Terra) qui suit le dollar Canadien. (1$CAT = 1$CAD)

Si je fais un LP où je dépose 200 000 $LT et 200 000 $CAT, ça donne une valeur de 1$ par jeton et une valuation totale du projet à 1 000 000$.

Disons maintenant que quelqu’un, appelons-le Josh, veut “investir” dans le projet. Josh peut maintenant aller sur Osmosis et acheter des $LT au coût de 1$ chaque.

Ceci étant dit, dès que Josh investit, le ratio se débalance et le prix se réajuste. De la façon que le LP fonctionne, le ratio de 50/50 doit toujours rester constant. Si la quantité de jetons bouge dans un sens, la valeur de ces jetons bouge en sens inverse.

Si Josh en a acheté pour 10 000$, le pool contient maintenant 190 000 $LT pour 210 000$ CAD. Le prix est donc maintenant de 1.10$ par $LT. Le projet vient de prendre 10%, très bullish!

Il n’y a pas de minimum et les “parts” sont détenues directement par les individus (dans un portefeuil comme Keplr) et non par une entité tierce qui la détient en ton nom. (Fun fact, si tu utilises WealthSimple, c’est C.I. investment qui détient réellement les actions que tu achètes et ils [utilisent ces liquidités comme réserves pour étendre leur crédit](https://www.newyorkfed.org/research/epr/02v08n1/0205benn/0205benn.html#:~:text=The Federal Reserve requires banks,bank’s demand and checking deposits.).)

Bref, avec ce système, ça permet à n’importe qui — abonné, client, ami, membre de ma famille, parfait inconnu à l’autre bout du monde — d’investir dans La Tranchée sans avoir à demander de permissions à qui que ce soit.

Maintenant que tu sais ce qu’on fait avec le dernier 20% des jetons, tu comprends comment les gens peuvent reconvertir leurs jetons en dollar s’ils le souhaitent. Par contre, il te reste encore une question… Pourquoi le prix “devrait” toujours augmenter!?

Quand on y pense, l’objectif d’une corporation et de générer profits à verser sous forme de dividendes à ses actionnaires. Si tu te rappelles, on a changé la structure de l’entreprise. Dans ce scénario, La Tranchée est maintenant une fondation, donc elle ne doit pas générer de profits.

Pour remédier à la situation, chaque mois, la fondation verse ses surplus dans le Liquidity Pool, mais contribue uniquement en $CAT.

Si elle contribue 10 000$ au LP, ça veut dire que le ratio est maintenant passé à 190 000 $TANK pour 220 000 $CAT. Le prix de chaque jeton est maintenant passé à 1.15$.

Chaque mois, de plus en plus de liquidités sont ajoutées dans le pool, ce qui garantit une augmentation constante de la valeur du jeton.

Le projet devient donc un investissement excessivement intéressant pour les gens et le projet décolle en flèche.

Tout ça, bien sûr, jusqu’à ce que les contributions mensuelles de la fondation au LP ne représentent qu’un petit pourcentage de la valuation du jeton. En d’autres mots, ajouter 10 000$ sur 2 000 000$ n’a pas le même impact que sur 200 000$.

Naturellement, moins la valeur augmente rapidement, plus les stakeholders sont tentés de vendre. Lorsque quelqu’un vend ses jetons, le ratio change et le prix s’ajuste à la baisse. Éventuellement, le marché finit par trouver un prix d’équilibre.

Au début, c’est normal qu’il y ait peu de liquidités dans le système. Pour assurer la stabilité du jeton, on peut utiliser la même mécanique utilisée avec la trésorerie de la fondation avec les jetons des investisseurs de la vente privée. On les gèle pendant 1 ou 2 ans et les “débloque” graduellement par la suite. Je pourrais geler les miens pendant une plus longue période pour donner confiance aux gens qu’il ne s’agit pas d’un ponzi ou d’une partie de chaise musicale financière.

Bref, comme tu peux imaginer, les bénéfices pour une entreprise comme La Tranchée seraient multiples.

La valeur d’une communauté provient en bonne partie de ses membres. “Airdropper” 100 000 $LT entre tous les clients (~9300) pourrait avoir un impact majeur sur l’engagement et le sentiment d’appartenance des membres. Soudainement, c’est maintenant “ton” projet! Ça donne à des milliers de personnes un incitatif direct d’apporter de la valeur à l’entreprise, que ce soit en s’impliquant sur le forum, en devenant formateur ou en incitant leur réseau à s’inscrire sur la plateforme ou investir dans le projet.

Non seulement ça, mais la marketplace dépend énormément de l’implication des instructeurs. Je peux comprendre les hésitations de quelqu’un de ne pas vouloir distribuer tous ses cours exclusivement sur La Tranchée. Comme je dis souvent, il ne faut pas bâtir son entreprise sur le terrain d’un autre. En permettant aux instructeurs d’investir, ce problème disparaît complètement puisqu’ils deviennent en quelque sorte co-propriétaires de la plateforme!

Bref, jusqu’ici, on a créé un système complètement décentralisé qui permet aux gens d’acheter et vendre des droits sur les revenus de la plateforme et on peut dire qu’on a, en effet, décentralisé la propriété.

Comment décentraliser la gouvernance?

Tout bon organisme se doit d’avoir un conseil d’administration. Après-tout, c’est bien de pouvoir investir, mais si tu n’as aucun contrôle sur la direction de l’entreprise, ce n’est pas vraiment “ton” entreprise.

C’est pourquoi on peut utiliser les jetons pour une seconde fonction: la gestion de l’organisme à travers un DAO.

DAO veut dire Decentralized Autonomous Organization. En gros, c’est une mécanique qui donne droit à chaque détenteur de jeton de créer et voter sur des propositions. Une fois acceptées, ces propositions ont le pouvoir d’allouer les jetons disponibles dans la trésorerie de l’organisme. (Va voir Aragon si tu veux en savoir plus sur la tech!)

Par exemple, quelqu’un pourrait décider d’organiser une rencontre secrète (comme on avait l’habitude de faire pré-covid). Pour permettre au projet de prendre vie, la personne demande 2000$. Elle écrit donc une proposition et la soumet au DAO.

Tous les propriétaires du jeton de La Tranchée peuvent maintenant voir la proposition et décider de voter pour accepter ou refuser la dépense.

Pour éviter que n’importe quoi soit proposé, il faut “brûler” pour une dizaine de dollars de jetons pour être capable d’aller de l’avant.

Certains critères d’acceptation peuvent être programmés. Par exemple, un minimum de 40% des gens doit avoir voté et 90% des gens doivent avoir accepté la proposition pour que la dépense soit approuvée.

Des critères élevés assurent que chaque proposition est faite avec sérieux et que les efforts sont mis à travers la communauté pour discuter et expliquer ses impacts.

Une fois approuvée, les fonds sont envoyés automatiquement à la personne responsable pour qu’elle se mette au travail!

Comment décentraliser les opérations?

Bon…

Jusque là, on a décentralisé la propriété et une partie de la gouvernance, mais on ne peut pas dire qu’il s’agit réellement d’un organisme décentralisé puisque le fonctionnement du projet repose toujours sur le travail de la fondation.

Qui accepte les formateurs? Publie les articles sur le site web? Créer le contenu pour les médias sociaux? Corrige les bugs et développe les nouvelles fonctions?

Il y a une dizaine d’année, quand le marketing de contenu a commencé à être “cool”, tous les marketeurs n’avaient qu’un (ou trois) mot à la bouche: “user generated content” (UGC).

Pourquoi payer un employé pour qu’il créer du contenu alors que tes utilisateurs peuvent le faire pour toi? YouTube, Facebook, Instagram… Toutes des plateformes qui survivent et profitent grâce au UGC.

Cependant, chaque entreprise qui se base autour du UGC fait face à un problème majeur: la modération. Comment faire pour filtrer, évaluer, trier et organiser l’avalanche de contenu?

Le modèle standard pour s’attaquer à ce problème est de permettre à tes utilisateurs de “flagger” le contenu de faible qualité et de payer une équipe de modération pour s’occuper de faire le ménage.

Par contre, il faut comprendre que cette solution est “centralisé” et, comme j’ai mentionné plutôt, chaque point de centralisation représente une surface d’attaque.

La montée de la “misinformation”, de la “disinformation”, et des “fact checkers” sur Facebook, Twitter et YouTube est une conséquence directe de cette surface d’attaque.

Dès qu’une personne est “responsable” du contenu, elle se voit mettre de plus en plus de pression pour censurer certaines opinions et en favoriser d’autres.

Jusqu’à présent, j’ai assumé le rôle de “Maitre Suprême” de La Trachée, mais dans un futur décentralisé, ce titre n’a aucune place. Les utilisateurs doivent être les véritables maitres suprêmes!

Pour se faire, on va devoir mettre en place différents mécanismes pour permettre à n’importe qui de créer, d’héberger et de distribuer leurs formations sur La Tranchée.

Right now, je dois parler avec chaque instructeur et créer un espace sur le site pour leur formation. Une fois qu’ils me disent que tout est prêt, je dois visionner le contenu, fournir des commentaires, etc.

Si la formation me convient, on s’entend sur un prix et une date de lancement pour que je puisse configurer tout ça dans le système.

L’objectif serait de me rendre complètement inutile en créant des processus qui “décentralisent” ces responsabilités.

Voici le modèle que j’ai en tête:

  • Je permet à n’importe qui de se créer un espace de formation sur le site. Cette formation n’est visible que par l’utilisateur et est en mode “brouillon”.
  • Une fois que l’utilisateur juge que sa formation est prête, il peut la soumettre pour révision et un nombre X d’instructeurs déjà acceptés sur la plateforme doit évaluer et approuver chaque leçon.
  • Pour offrir un incitatif, l’utilisateur peut offrir un “tip” qui représente un petit pourcentage (~1%) sur les ventes de sa formation. L’utilisateur peut offrir un pourcentage personnalisé aux instructeurs de son choix.
  • Une fois chaque leçon approuvée, la formation quitte le mode “révision” et entre en “pré-lancement”. À ce stade, un nombre X d’élèves pourra s’inscrire et obtenir un remboursement de 50% après avoir complété et évalué chaque leçon dans un intervalle de temps limité.
  • Une fois que la formation a récolté suffisamment de feedback, la période d’évaluation se termine. Chaque leçon qui n’atteint pas le seuil de qualité va devoir être reprise par le formateur.
  • Si la moyenne de la formation au complet n’atteint pas le seuil, la formation n’est pas approuvée de façon définitive et les formateurs qui ont approuvé la formation perdent le droit d’en approuver d’autres.

L’idée en offrant un tip à ses “validateurs” est de créer une relation de mentorat. Si ta formation est particulièrement bonne pour l’audience d’un prof particulier, tu peux lui offrir un plus gros pourcentage pour qu’il t’aide et s’implique dans le développement et la promotion de ta formation.

Le principe est de déléguer la responsabilité de prise de décisions à la communauté en créant des systèmes qui récompensent les bons comportements et punissent les mauvais.

À terme, il faut que chaque tâche que j’effectue pour gérer de l’entreprise puisse également être effectuée par la communauté.

Le code et la sécurité.

Parlant de savoir si La Tranchée peut continuer sans moi, on peut s’entendre pour dire que le plus grand obstacle est celui du code.

Présentement, je suis le seul à posséder et connaître le code. Dans un vrai projet décentralisé, le code est ouvert et libre de droits. Ainsi, n’importe qui peut télécharger une copie du site sur son ordinateur, travailler un peu dessus et proposer certaines améliorations.

Je dois avouer mon manque d’expérience complet en développement de logiciels libres. Je ne crois pas que je serais en mesure de faire le travail nécessaire pour rendre le projet jusque là.

Ceci est entre autres parce que La Tranchée repose en partie sur un modèle de sécurité par obscurité. En d’autres mots, puisque personne n’a accès au code, personne ne peut voir les failles.

Ne t’inquiète pas, je n’ai aucune information de paiements sur mon serveur (tout est encrypté sur les serveurs de Stripe) et chaque information sensible est encrypté.

Ceci étant dit, comme tout développeur, la qualité de mon code s’est énormément améliorée au fil du temps. Bien que ce soit une bonne chose, ça implique quand même que certaines fonctions du site ont été programmées par Olivier le wannabe coder d’il y a 8 ans!

Avant de publier le code, je devrais faire un énorme ménage, engager une firme d’audit en sécurité et payer une fortune pour créer la documentation.

Et tout ça pour quoi exactement? Pour réellement “décentraliser” La Tranchée, il faudrait remplacer notre base de données par notre propre blockchain et tout recréer les fonctions de l’API sur Rust et CosmWasm.

Je dois avouer ne pas être certains de la direction que je veux emprunter au niveau du maintien et du développement de La Tranchée. Pour l’instant, je vais continuer de m’en occuper moi-même, mais il va falloir que je trouve une solution pour permettre à d’autres développeurs de contribuer et prendre la relève.

Je continue d’y réfléchir… Si tu es développeur, ton avis m’aiderait sans doute à accélérer ma réflexion!

Ce n’est pas parfait…

Même après avoir créé le token, le DAO et automatisé une bonne partie des processus, il reste quand même une tonne de points critiques où la confiance entre les token holders et la fondation reste nécessaire.

Tant que La Tranchée n’utilise pas sa propre monnaie native pour les transactions, il faut faire confiance à Stripe pour percevoir et verser les paiements, à l’organisation de La Tranchée de payer les instructeurs et de prendre les surplus pour acheter du $CAT et le fournir en tant que liquidités.

Il faudrait également que ce soit impossible pour qui que ce soit de retirer les liquidités du pool puisque l’actif ne peut plus être sous l’emprise de La Tranchée.

Side note: ça pourrait être intéressant d’avoir un pool qui ne contient pas uniquement du $CAT, mais plusieurs autres actifs. Un genre de 50% en stablecoin, 35% en Bitcoin et 15% dans les cryptos utilisés pour créer le projet (LUNA/OSMO/ATOM/JUNO/AKT).

De cette façon, $LT pourrait devenir une façon simple pour les gens d’obtenir une exposition à la crypto de façon générale en plus de suporter le projet.

Non seulement ça, mais il y a probablement mille et une choses à décentraliser. L’hébergement des vidéos, les serveurs d’envoie e-mail, l’hébergement du site web… Tant que ce n’est pas possible d’utiliser le jeton natif de La Tranchée pour payer pour ces services sur des plateformes décentralisées, l’entreprise reste “vulnérable” aux attaques.

Ceci étant dit, comme j’ai mentionné plus tôt, la décentralisation est un gradient — un idéal vers lequel tendre.

Une utopie technologique

À quoi ça sert… Où ça mène? Pourquoi se donner AUTANT de trouble?

Web 1.0 désigne un Internet unidirectionnel où l’information coule dans un sens, une copie carbone numérique des médias traditionnels.

Web 2.0 désigne un Internet collaboratif et interactif bâtit sur une infrastructure centralisée. Google, Facebook et Microsoft possèdent les plateformes et les utilisateurs créer le contenu qui leur donne leur valeur.

Web3 reprend le Web 2.0, mais les utilisateurs deviennent propriétaires des réseaux qu’ils utilisent.

Web3 est un concept radical qui propose un mariage improbable entre le communisme et le capitalisme. Un mode où les “moyens de production” appartiennent à tous, mais où le libre marché, la liberté et la propriété privée règne suprême.

Ma vision pour La Tranchée est celle d’une école en ligne détenue autant par ses élèves que ses professeurs… Une plateforme qui sert autant les intérêts de ses élèves que celle des instructeurs.

Bien que je crois mettre en place certains éléments dans un futur rapprohé (comme le système de proposition/approbation des formations), certains autres éléments (comme le jeton $LT) vont demander plus de débat et réflexions.

On est dans le wild west de la décentralisation, une nouvelle frontière à explorer par les entrepreneurs.

Cette frontière est la direction que La Tranchée va prendre. Lentement, mais sûrement, je vais continuer d’apprendre et d’expérimenter pour innover et explorer les limites du possible. Je vais documenter et partager mes découvertes ici, alors à tous ceux que ça intéresse, buckle up — it’s going to be a bumpy ride.

PS: Ton avis est particulièrement important. Si tu ne sais pas trop quoi en penser, fais simplement répondre: achèterais-tu un jeton $LT?

À LIRE ENSUITE