Libérer sa créativité en rédaction web

6 façons de rendre tes articles de blogue plus intéressants/performants

Créer du contenu peut sembler une tâche impossible quand on perd de vue nos objectifs de réalisation. Dès qu’on remplace ces objectifs concrets par des notions intangibles comme « avoir de l’impact » ou « écrire un texte parfait », on risque de perdre pied sur une pente très glissante : le perfectionnisme entraîne la procrastination, et celle-ci est contre-productive.

Pour vous aider dans votre rédaction, je vous propose quelques trucs afin de stimuler votre créativité et d’éviter les pièges de la procrastination. Parce qu’on oublie trop souvent qu’un bon texte sur le web, c’est avant tout un texte publié!

1. Ne visez pas la perfection…

La perfection, le côté obscur de la Force!

Viser la perfection, c’est une belle intention. C’est vrai, il est souhaitable d’écrire sans faute. Ça démontre votre professionnalisme en plus de contribuer à la lisibilité du texte. Utiliser un logiciel comme Antidote peut vous aider à identifier et corriger la plupart des fautes les plus courantes.

Par contre, il n’est pas souhaitable de viser « un texte parfait ». Non seulement ça n’existe pas, ça vous ajoute une pression contre-productive sur les épaules. Qui plus est, un texte en ligne doit s’améliorer au fil du temps. En vous donnant le droit de ne pas être parfait, vous aurez plus de facilité à produire des contenus authentiques – nobody’s perfect! Le passage à l’action importe davantage que les connaissances que vous accumulez en silence.

2. …définissez des objectifs concrets!

Donnez-vous des objectifs plus précis, concrets et idéalement mesurables :

  1. Écrire un texte qui attirera du trafic sur un sujet donné (référencement naturel)
  2. Améliorer votre classement sur une requête (mots clés)
  3. Tester des idées auprès d’une communauté (étude de marché)
  4. Développer l’image de marque de votre entreprise (positionnement)
  5. Partager des connaissances (mise en application du savoir)

En définissant des objectifs clairs, il sera bien plus facile de vous exprimer librement. Autrement, vous passerez votre temps à douter, à repousser la publication. Pire encore, vous pourriez bien finir par ne rien publier, tellement ça vous rendra nerveux. La perfection n’est pas atteignable et un bon texte doit avant tout être publié!

Sachez que les gens constructifs ne vous en voudront pas pour un « s » manquant. Ils s’intéresseront plutôt à vos idées et vous indiqueront simplement si vous avez laissé des coquilles. Avec le temps, notez vos erreurs dans un fichier et tentez de ne plus les répéter! Donnez-vous la chance d’apprendre.

Malgré tout cela, corrigez-vous, encore et encore! Souvenez-vous, vos idées sont plus faciles à comprendre lorsqu’elles sont exprimées dans une langue claire. Évitez de faire du style simplement pour faire joli et visez à transmettre vos idées de la manière la plus simple et la plus compréhensible possible.

3. Suscitez l’intérêt du lecteur avec un titre accrocheur

Pour rédiger un titre efficace, il faut bien choisir ses mots!

Un bon titre sera accrocheur, intéressant et surtout pertinent. Il indique précisément le sujet de l’article tout en attirant l’attention des lecteurs.

Qui plus est, en SEO, la balise « Title » est probablement la plus importante pour optimiser vos contenus. En y utilisant votre mot clé principal, vous améliorerez grandement vos chances de vous positionner sur une requête pertinente.

D’un point de vue technique, la balise peut contenir jusqu’à 70 caractères. Par contre, je suggère presque toujours de limiter à 55 caractères au maximum. La raison est bien simple : Google utilise une largeur en pixels, non un nombre de caractères, pour déterminer si un titre doit être coupé.

Un bon titre doit cependant avant tout être naturel. Le défi, c’est d’y contextualiser votre mot clé. Ça peut être dans une phrase, une expression courte ou une question. Montrez qu’il y a un être humain derrière la rédaction de vos textes!

4. Rédigez un texte intéressant et authentique

Mais c’est quoi un texte intéressant? Revenons à nos objectifs précis…

Qui est votre lecteur? Qui sont vos clients? En affaires, on parle souvent de persona d’acheteur ou de buyer personas. C’est un peu le même principe ici. Pour arriver à trouver le profil de votre lecteur, posez-vous les questions suivantes :

  • À qui s’adresse l’article?
  • Comment votre communauté interagit-elle habituellement avec vos contenus?
  • Quel est votre objectif de communication?

Aucun texte ne peut rejoindre « tout le monde », tout comme votre entreprise n’a pas « tout le monde » comme client – à moins que vous n’ayez un produit ou un service véritablement universel!

Il vous faut comprendre comment votre communauté réagit à vos publications. En regardant vos statistiques sur Facebook et dans Google, vous pourrez vérifier quels sont les contenus les plus efficaces, qui vous rapportent le plus de trafic pertinent.

Enfin, quel est votre objectif? S’agit-il d’acquérir du nouveau trafic, d’informer sur une nouveauté de votre domaine ou encore de publiciser un nouveau produit ou service? Définissez clairement ce que vous souhaitez accomplir avec votre article et ciblez cet objectif. Un bon article devrait avoir une seule mission spécifique. Une mission trop générale comme « me donner de la visibilité » risque de rendre votre article trop touffu ou confus.

Pensez également à optimiser vos images. Une page trop lourde pourrait faire fuir les lecteurs pressés, et une image sans balise « Alt » ou avec un nom de fichier sans intérêt (123.jpg) pourrait nuire à votre classement sur les moteurs de recherche.

5. Suivez la vie de son texte et optimisez-le en fonction de son utilisation

Une fois votre texte publié, sa vie ne fait que commencer!

Un bon texte web évolue en fonction de son utilisation. Contrairement aux imprimés, les textes en ligne n’ont pas besoin d’être republiés pour y apporter des correctifs.

L’un de mes trucs, c’est de suivre les statistiques de l’article pour comprendre comment les internautes le consultent. Ici, ce n’est pas seulement le taux de rebond qu’il vous faut considérer, mais aussi l’expérience utilisateur et l’acquisition de prospects.

Au fil du temps, recherchez activement les opportunités de modifier légèrement votre texte, d’y ajouter images et infographies, vidéos et mots clés à longue traîne. C’est ainsi que je suis arrivé à transformer des articles peu performants en des articles plus ciblés qui attirent le type de trafic que je recherchais.

J’aime particulièrement ajouter des infographies à mes anciens articles, en plus d’y intégrer des longues traînes. Ça me permet de refaire des publications sur les réseaux sociaux tout en offrant quelque chose de nouveau, même si c’est du contenu recyclé! La modération a évidemment meilleur goût et il ne faut surtout pas abuser de cette stratégie, sans quoi, vous risquez de perdre l’intérêt de vos lecteurs les plus fidèles.

6. Faites-vous confiance et apprenez à aimer ce que vous faites

Le passage à l'action en rédaction, l'un des secrets pour nourrir votre productivité!

En terminant, j’avais surtout l’intention avec cet article de vous lancer ce message : prenez plaisir à communiquer ce que vous faites, comment vous le faites et avec qui.

Les gens raffolent des messages à nature humaine sur les réseaux sociaux. Faites attention à vos fautes, oui! Mais ne laissez pas votre peur d’en commettre vous empêcher de communiquer. Soyez ouverts aux critiques et cherchez constamment à devenir plus efficace. Les gens constructifs ne vous jugeront pas pour un message contenant quelques coquilles, ils regarderont plutôt vos idées, si vous apprenez de vos expériences et si vous êtes capables d’admettre vos erreurs.

Alors, allez-y et faites-vous entendre! Même si votre sujet vous semble « plate », il y a des lecteurs qui n’attendent que de vous lire. En littérature, les « classiques » disaient que tout avait déjà été dit et fait. C’est peut-être vrai, mais vous n’avez pas tout dit ni tout fait. Votre voix mérite d’être entendue, même si votre sujet vous semble le plus discuté du monde.

***

Et vous, quelles sont vos expériences en rédaction? Que faites-vous pour vous motiver et pour rester productif? Avez-vous des moments plus productifs? Souffrez-vous souvent du syndrome de la page blanche?

Partagez-nous vos expériences et vos trucs et au plaisir de vous lire!

 

QUI EST Michel Bouchard?

Michel est un entrepreneur hyperactif à la curiosité débordante qui se spécialise en rédaction web et en référencent SEO. En 2015, il a fondé une agence créative & SEO à Rimouski, dans le Bas-Saint-Laurent. Toujours en quête de nouveaux défis, il développe constamment ses compétences et son réseau. En plus de son agence, il coordonne une équipe Extra Life qui amasse des dons pour les enfants malades en organisant des activités ludiques en ligne. En rejoignant l’équipe des blogueurs de La Tranchée, Michel désire partager ses connaissances en référencement SEO et démystifier les secrets d’une présence web professionnelle et branchée!

Abonnez-vous à Michel

Ce formulaire vous permet de partager vos coordonnées directement avec l'auteur. Ainsi, vous allez restez au fait de ses activités autant sur, qu'en dehors, du site de LaTranchee.com.
← Retour

COMMENTAIRES

  1. Merci @Michel J’ai toujours eu peur d’écrire des articles. Je ne sais pas par où commencer.

  2. Le numéro 1 est très vrai!! Ça m’a pris du temps l’assimiler et faire face à la crainte de mettre un article que je ne trouvais pas parfait en ligne.

    Finalement, certains des articles dont je n’étais pas certain marchent super bien et d’autres que je croyais super bons marchent plus ou moins.

    Bon article!

  3. Bonjour Bruno,

    Merci pour ton commentaire!

    Le perfectionnisme a ses bons côtés pour améliorer ses pratiques. Cependant, ça devient toxique quand ça empêche même de publier des textes sur lesquels on a passé des heures et des heures,

    Il faut être ouvert aux critiques et être capable d’admettre qu’on s’est trompé parfois. Ça va avec l’exposure. Mais plus j’avance en affaires et plus j’apprends à connaître des gens qui retiennent surtout qu’on a été prêt à la corriger et à apprendre de son erreur. Être curieux et travailleur, ça m’apporte pas mal plus que de prétendre à la perfection! :stuck_out_tongue:

    Avec le temps, écrire un texte sans faute, c’est accessible et réaliste. Mais écrire un texte parfait? Même des auteurs “légendaires” comme Shakespeare et Proust n’y sont pas arrivés.

  4. Très bon article! C’est comme séduire une femme, il ne faut pas avoir peur de lui parler, le pire qui peut arriver est qu’on se plante et qu’elle sourit. Il n’y a rien de plus mauvais qu’un blogue vide.

  5. Merci :blush: c’est très encourageant surtout quand le français n’est pas la langue maternelle…nous avons tendance à relire et relire l’article au point qu’on hésite et finalement de fois on décide de ne pas publier et on recommence encore.

  6. L’idéal, c’est vraiment de sortir de l’isolement. Quand je doute, je montre mon texte à quelqu’un en qui j’ai confiance avant de publier.

    À trop se relire, on finit souvent par perdre de vue qu’un bon texte est avant tout un texte qui est lu par quelqu’un d’autre que soi-même!

Poursuivez cette discussion sur https://forum.latranchee.com

Participants

COMMUNAUTÉ + COACHING + FORMATION

La Tranchée t'offre un portail de formation 101 gratuit, des rabais sur des formations avancées plus l'accès à une communauté d'entrepreneurs et de marketeurs qui souhaitent tous dominer le monde!

Joindre La Tranchée

À LIRE ENSUITE