Ep. 20 – Apprendre la photo, faire 700 000 € en une année et créer du contenu légendaire

Comment s'abonner à un podcast?

 

Notes du podcast:

Bonjour et bienvenue dans ce podcast de 20e épisode de Scotch et Domination Mondiale. Cette semaine, je te propose un nouvel entrevue que j’ai mené avec Laurent Breillat de apprendre-la-photo.fr.

De nos jours, c’est primordial d’avoir du contenu visuel de qualité. Donc, des belles photos, vidéos pour animer tes médias sociaux et ton site web. On ne peut plus faire comme avant et engager un photographe par année et t’es correct. Maintenant, ça prend un flux constant de nouveau contenu à diffuser sur ces plateformes-là.

C’est donc essentiel pour les entreprises d’avoir l’équipement efficace, mais aussi de former toi ou tes employés pour être capable de bien prendre des photos et qu’elle ait le plus d’impact possible.

On va donc parler de l’aspect technique, mais aussi de son cours en ligne où il a été capable de générer 700 000 euros en une année. Comment il a fait, quel a été le processus, etc. Et il va nous parler de son dernier projet, Pédago Clic, où il explique comment créer du bon contenu.

Avant de me lancer dans cette entrevue, j’ai une chose à te parler. Je suis présentement en train d’apprendre moi-même la photo et cette entrevue là est tombée juste à point. Je ne sais pas si tu as remarqué, mais j’ai changé de caméra. C’est un Sony a7R. Ça filme en 4K et pour cette vidéo, j’ai acheté un nouveau micro que je teste, parfait pour faire des entrevues de podcast. Je pense que ça donnera un meilleur son qu’avec les microphones Shotgun.

Si l’équipement t’intéresse, ajoute un commentaire pour me demander qu’on en discute plus en détails!

On va parler de photos, des trucs pour entrepreneurs, marketeurs, mais aussi du succès de ton site web, qui a généré 700 000 Euros dans sa meilleure année et finalement, on a discuter de Pedago Clic, un site pour aider les gens à vendre des produits sur Internet. Laurent les aide à faire du meilleur contenu avec leur expertise. Parce que ce n’est pas parce que tu as des connaissances que tu sais bien les transmettre.

Selon toi, quelles sont les différentes composantes à la photographie?

D’abord, il y a les aspects purement techniques. En général, on veut qu’elle soit nette. On veut contrôler la luminosité, le flou derrière le sujet. Après, il a des choses qui font partie de la photo, sans être purement technique. Par exemple, le moment où la photo est prise. Aussi, la lumière qu’on va avoir, même si on ne la contrôle pas toujours.

Enfin, il y a toujours l’aspect post-traitement (retouche). Jouer sur le contraste, la couleur, etc. L’idée c’est d’attirer l’oeil de la personne qui regarde la photo là où on veut qu’elle regarde. Quand tu prends une photo avec ton téléphone, un filtre est déjà appliqué. Tu ne choisis pas nécessairement tes réglages, ton appareil décide pour toi.

Puis, il y a l’aspect créatif et artistique. Tu veux montrer la vision du monde.

Que recommandes-tu aux gens qui veulent faire de la photo?

À 1000-2000$ tu peux avoir quelque chose d’amplement suffisant. Laurent ne donne jamais de modèle en particulier, parce qu’il préfère laisser le choix.

Pour ce prix là, il faut prendre un Reflex DSLR ou un hybride. Il faut aussi choisir pour l’ergonomie. Parfois, tu  peux te sentir plus à l’aise sur un modèle VS un autre. Parce qu’au final, entre 2 marques mais de même gamme, tu vas avoir la même qualité d’image.

Pour l’aspect vidéo, ce qui est important c’est de se voir dans l’écran (donc elle peut faire une rotation). Et finalement, une prise micro et écouteur est assez pratique.

Qu’en est-il est objectifs?

La première caractéristique à regarder, c’est la longueur focale. En gros c’est le zoom. Avec une longueur focale plus importante (ex: 200mm), ton angle va être grossi vs un 16 mm.

Dépendant du type de photo (portrait, animaux sauvages, …), tu vas choisir un objectif différent.

Un qui sert tout le temps et qui est très polyvalent, est un zoom trans-standard. Si le capteur c’est un Full-frame (Canon 5D, Nikon D3, etc.), c’est un 24-70mm. Si le capteur c’est un APSC (la plupart des capteurs), c’est 17-50mm à peu près.

La deuxième caractéristique, c’est l’ouverture maximale. C’est en fait à quel point il va laisser entrer la lumière. Il faut juste se souvenir que plus le chiffre est petit, plus il va laisser entrer la lumière. Quand on a une grande ouverture maximale, on va laisser entrer la lumière, c’est bon par exemple le soir quand il fait noir. C’est aussi ça qui fait un arrière-plan flou.

C’est à force d’en faire que tu vas connaitre ce qu’il te manque et ce que tu veux acheter pour compléter.

Quels sont tes trucs pour prendre des meilleures photos et les erreurs les plus courantes?

Souvent, les gens vont voir quelque chose qui les intéresse et vont sortir leur appareil photo. Il faut bouger. Il y a sûrement moyen de prendre un meilleur point de vue.

Un bon photographe va boucher autour de son sujet pour voir comment la lumière se place. Il va prendre plein de photos et montrer seulement les meilleures.

Une autre chose que Laurent voit beaucoup, c’est des objets pas intéressants dans la photo. Tu veux prendre la décision consciente de ce que tu vas mettre dans le cadre. Est-ce que ça apporte quelque chose à la photo? Tu veux le faire franchement. Si tu coupes la tête de la personne, fais le franchement. Pas à moitié parce qu’on aura l’impression que ce n’est pas fait exprès.

Souvent, les gens ne règlent pas l’exposition de la photo et au début, elles sont trop sombres. C’est quelque chose que tu peux corriger au post-traitement, à moins que ce soit vraiment raté.

Quels sont tes trucs pour apprendre la photo le plus rapidement possible?

Il faut maitriser son outil et les bases techniques. C’est ce qui est le plus facile, même si à la base ça fait peur. Le post-traitement aussi est important.

Tu arrives ensuite au stade jolies photos. Pour passer au côté artistique et savoir s’exprimer par la photo, alors ça prend du temps. Quand tu regardes les 10 premières années de photos des grands photographes, il n’y a rien d’extraordinaire. Il faut beaucoup pratiquer, se cultiver, se poser des questions et ça prend du temps.

Il faut profiter du voyage, se dire que c’est normal de ne pas avoir de résultats rapidement. C’est difficile de développer l’oeil photographique.

Ça peut être une idée d’aller prendre des photos avec quelqu’un pour t’améliorer et échanger des trucs.

Suivre des photographes sur Instagram est aussi une bonne méthode. Observe leurs photos et tente de les reproduire pour apprendre.

D’où est-ce que ça t’es venu l’idée de faire un site web pour montrer aux gens à faire de la photo?

Laurent connait Olivier Rolland et ce dernier tannait tout le monde pour avec son blogue.

Il lui a conseillé de lancer son blogue sur la photo, parce qu’il était en train de l’apprendre. Il allait partager sa progression. Il écrivait 2 articles par semaine à l’époque (2010). Il passait un peu de temps sur les forums et les envoyer sur ses articles pour les aider.

Puis, il a eu un stage à la fin de ses études. Il s’est rendu compte qu’il n’était pas fait pour avoir un boulot salarié. À la fin de ses études, il s’est dit: je vais prendre 1 an pour essayer de vivre de mon blogue et si ça ne se fait pas, il pourrait se trouver un boulot parce qu’il avait quand même son diplôme.

Il a lancé son premier ebook et pensait en vendre 100 copies et il en a vendu 450.

C’est en décembre 2011, un an et demi après le lancement du blogue. C’était un ebook pour aider les gens à choisir leur objectif. Le prix était de 19 euros. Ça lui a fait un revenu de 8000 euros. Pour lui c’était énorme.

Il est parti en Inde et le bouquin a continué à se vendre. Il pouvait vivre, pas richement, mais vivre.

En rentrant de voyage, il s’est dit qu’il devait lancer une formation. Il a suivi la méthode d’Olivier Rolland. Il a lancé sa formation en juin 2012 et il en a vendu 450. Sauf que c’était une formation à 300 euros. Donc il a fait à peu près 115 000 euros de vente. Pour lui, c’était énorme!!!

Il a passé les mois suivants à finir sa formation (parce qu’il n’a pas vendu la totalité d’un coup).

Comment as-tu réussi à vendre ta formation?

Laurent n’a fait aucune publicité, c’était juste du trafic naturel. Il avait une liste de 12 000 courriels sur sa liste grâce à son lead magnet avec laquelle il a fait 115 000 euros.

C’était donc uniquement avec du marketing par courriel. Pour sa formation, il a fait la technique du lancement orchestré. Et c’est toujours la méthode qu’il utilise aujourd’hui. On parle de cette technique dans le podcast avec Martin Latulippe.

Comment as-tu eu autant de trafic sur ton site?

C’est vraiment de faire du bon contenu. Il y a des bonnes pratiques de référencement, mais même à ça, tu veux avoir de l’excellent contenu. Google est très très bon, actuellement, pour détecter quels sont les bons contenus.

Par exemple, les gens vont rester longtemps sur la page, ils vont partager les articles, il va avoir d’autres gens qui vont en parler ce qui va faire des liens vers ton site (articles invités), etc.

Au début, il publiait 2 articles par semaine pendant 1 an et demi. Ensuite il est passé à un article par semaine. Au bout de 6 mois, il était à quelques milliers de visiteurs par mois. Et au bout d’un an, il a dépassé les 10 000 visiteurs mensuels. Et aujourd’hui, il a à peu près 130 000 visiteurs uniques par mois. Son trafic est stable depuis un moment. Il pense avoir atteint le plafond.

Il a des pop up sur son site web qui lui donnent 100-150 emails par jour. Tout ça c’est automatique, passif, il n’a pas besoin de faire quoi que ce soit.

Laurent teste un petit peu la publicité, mais encore aujourd’hui, ceux qui achètent le plus les formations sont ceux qui l’ont trouvé naturellement.

Sur Facebook, il met des extraits de vidéos. Mais il ne met pas tellement d’efforts. Il a quand même plus de 250 000 mentions j’aime.

Il pense que c’est une bonne plateforme de publicité, mais il ne mise pas trop dessus. Parce que les courriels qu’il récolte, ils sont à lui et il ne dépend pas d’une autre plateforme, comme c’est le cas avec Facebook.

C’est quoi du très bon contenu?

Si le contenu est roi, c’est parce que tout le monde peut en faire aujourd’hui. Il y a tellement de choix pour les gens, qu’ils vont prendre le meilleur. Du bon contenu, c’est du contenu qui a une grosse valeur ajoutée. Ça va aider les gens à avoir des résultats qui ont une valeur pour eux.

C’est l’intersection entre un résultat et une audience.

Il faut aussi se mettre à la place de l’audience cible. Est-ce qu’ils comprennent ce que tu veux dire. Tu dois constamment être dans l’empathie. Si tu écris un article plus avancé, alors tu veux toujours référer vers l’article plus de base.

Souvent, les gens font l’erreur de seulement balancer les connaissances. Mais pour l’audience, ça n’apporte pas de changement positif dans leur vie.

La premier principe, c’est de structurer ce qu’on va raconter. PQCE (Pourquoi, quoi, comment, et si)

Pourquoi: Les gens veulent savoir pourquoi ils devaient apprendre ça. Ex: pour multiplier tes revenus par 2

Quoi: L’information que tu partages, le fond de ce que tu vas partager. Ex: un type de campagne qui fonctionne bien

Comment: Comment ces principes théoriques vont s’appliquer. Tu veux donner des exemples pratiques, voire des exercices à essayer. Ex: les couleurs vives fonctionnent mieux, le mystère, la surprise, etc.

Et si: Les objections, il y en aura toujours. C’est important de penser aux cas particulier qu’il peut y avoir. Ex: j’ai conscience qu’il y a des cas particuliers, …

Un autre principe qui fonctionne assez bien: appuyer sur le bouton «reset». L’attention baisse naturellement avec le temps. Tu veux ramener les gens dans le contenu que tu es en train de faire. Ce qui marche bien, c’est de changer quelque chose. Ex: Au milieu d’une phrase, tu peux faire une pause, bouger sur la scène lors d’une conférence, changer l’intonation de voix, etc.

Lorsque je fais un article de blogue, j’ai une personne en tête et cette personne là possède un ensemble de connaissances qui ne sont pas au même niveau que les tiennes. Tu ne dois pas assumer que la personne connait tout. Comment créer des liens sémantiques entre ton contenu et la réalité de cette personne là. Plus ton texte s’imbrique dans le quotidien de la personne, plus elle aura de la facilité à consommer ton contenu.

Tu veux vraiment créer quelque chose de fantastique.

La plupart des gens qui font des articles invités, ils vont se dire: ah pas besoin de me forcer. C’est pourquoi il y a autant de contenu mauvais sur le web.

Lorsque tu crées ton article, tu veux faire vivre la plus belle expérience possible à ton lecteur. Donne-toi à 150%.

Il faut toujours regarder son contenu avec un oeil critique. What’s in it for me? Pourquoi je continuerais à lire cet article?

Du très bon contenu va fortement discriminer dans son auditoire. Des gens vont trouver ça excellent et d’autres horrible. Tu ne veux pas faire du contenu pour tout le monde, sinon ça va être fade, généraliste.

Le concept est simple, sois différent.

Au niveau de la création de ton contenu, c’est le même principe qu’avec la photo. Il faut maitriser la technique. Être bon en français, lire beaucoup, avec quelqu’un qui blogue avec toi pour vous partager les textes. Si tu veux faire du contenu vidéo, il faut maitriser la technique.

Ce qu’on voit souvent, c’est des gens qui se disent, c’est YouTube, Facebook, je peux juste prendre mon iPhone et ça va être correct. Mais il faut que les gens sentent que tu veux maitriser à long terme. Sinon, quelqu’un à côté de toi va le faire.

Rappelle-toi YouTube dans le temps, c’était horrible la qualité de production. Mais maintenant, les YouTubeurs, c’est incroyable ce qu’ils font. Tu dois apprendre ton média.

Bref, il ne faut pas te bloquer quand tu commences, mais il faut avoir la volonté d’améliorer la forme avec le temps.

Pour les gens qui veulent voir une forme déficiente, allez voir les premiers vidéos YouTube d’Olivier!!! XD

QUI EST Olivier Lambert?

Olivier est un jeune marketeur et entrepreneur qui a investi dans la publicité Facebook dès le départ. Il a pu tester la plateforme en profondeur chez Voyages à Rabais, où il a généré plus de 50K nouveaux leads qualifiés sur 18 mois, avant de lancer sa propre entreprise de formation en ligne. À son compte, il a transformé un investissement publicitaire de 50K$ en plus de 300K$ de revenu annuel et s’est établi comme la référence québécoise en publicité sur les médias sociaux. Il a ensuite lancé LaTranchee.com, une communauté en ligne dédiée aux entrepreneurs et marketeurs qui désirent maîtriser les nouvelles technologies pour mieux vendre et communiquer. Olivier se distingue par son style dynamique, ambitieux et surtout, divertissant!

Abonnez-vous à Olivier

Ce formulaire vous permet de partager vos coordonnées directement avec l'auteur. Ainsi, vous allez restez au fait de ses activités autant sur, qu'en dehors, du site de LaTranchee.com.
← Retour

COMMENTAIRES

  1. Super entrevue, j’ai adoré vous écouter!

    IL est intéressant d’apprendre qu’il n’as pas utilisé les réseaux sociaux pour se faire
    connaître et amassé des courriels!

    Qu’il n’a pas utilisé la publicité facebook!

    Cela donne une autre perspective de comment capter des courriels.

    Avoir un blogue, un site web dans lequel tu met du contenu intelligent en lien
    avec ton sujet d’expertise!

    On peu dire aussi que la photo est un sujet brulant sur la toile compte tenue du
    nombre de plus en plus grossissant des possibilités que nos I phone par exemple
    nous donnes pour faire de bonnes et belles photos.

    La photographie c’est populaire en fait!

    J’ai appris beaucoup dans cette entrevue. Ça me donne confiance! Par contre je ne crois pas non plus qu’il faille tomber dans l’ excès qui est la performance lorsqu’on veux lancer son produit sur le web.

    Je crois que le plus important est de se lancée une fois pour toute, entrer en action car, l’action amène l’apprentissage qui à son tour apporte de la valeur ajoutée à ton produit.

    Rien ne vaux l’expérience, les coups de gueules, les risques pour évoluer et avancer vers nos objectifs.

    Je prend note des fondamentaux qu’il nous partage! C’est très enrichissant!

    Là je vais aller écouter l’entrevue que tu as fait avec Martin Latulippe!

    Car, si j’ai bien saisis, pour lancer une formation en ligne rien de mieux que d’utiliser la technique du lancement orchestré.

    Enfin j’ai bien aimer cette entrevue! Merci Olivier!

  2. Exact! Il n’y a pas que “ma méthode” qui marche. On est tous libre de s’inventer un chemin et d’explorer les possibilités que nous offrent le système dans lequel on évolue.

    Je suis content de voir que tu aimes nos podcast! On a beaucoup investis pour la production de ceux-ci et j’ai énormément appris en les réalisant!

Poursuivez cette discussion sur https://forum.latranchee.com

Participants

COMMUNAUTÉ + COACHING + FORMATION

La Tranchée t'offre un portail de formation 101 gratuit, des rabais sur des formations avancées plus l'accès à une communauté d'entrepreneurs et de marketeurs qui souhaitent tous dominer le monde!

Joindre La Tranchée

À LIRE ENSUITE