Vaincre les obstacles et développer des opportunités pour devenir un travailleur indépendant prospère

Assumer son statut de travailleur indépendant à temps plein et démarrer sa propre entreprise peut être une initiative intimidante.

Dans une économie imprévisible avec des industries qui évoluent rapidement, il est de la responsabilité des travailleurs indépendants de suivre l’évolution de la croissance de l’économie, et de se tenir au fait des changements touchant les politiques gouvernementales qui soutiennent les travailleurs indépendants. Tout comme un propriétaire de petite entreprise, les travailleurs indépendants doivent superviser tous les aspects de l’entreprise. Entre le service à la clientèle, les opérations, le marketing et le travail proprement dit à accomplir, la gestion des finances peut sembler une tâche trop écrasante à assumer par soi-même.

La bonne nouvelle est que vous n’avez pas à vous faire tant de soucis. Gérer votre argent n’est pas une tâche si compliquée si vous avez un établi un plan d’action pour vous aider à faire face aux obstacles qui pourraient se dresser sur votre chemin et pour tirer profit de vos opportunités. Voici une liste des problèmes communs que vous pourriez rencontrer sur votre chemin vers la prospérité en tant que travailleur autonome (indépendant) :

Obstacle #1 : la paperasse

Soyez prêt à prendre des mesures d’assiduité et d’organisation sur une base quotidienne afin d’assurer le suivi de vos dépenses. Évitez de « reporter à plus tard » cette responsabilité jusqu’au moment où vous vous retrouverez trop débordé pour revenir sur vos pas, ou que vous éprouverez des difficultés à saisir un portrait global de votre situation. Cela va inévitablement affaiblir l’aide financière qui vous sera disponible. Faites en sorte que cela ne vous arrive pas!

S’il s’agit de votre première année, créez un registre de 12 mois (imprimé ou numérique) pour effectuer le suivi de toutes vos dépenses d’affaires afin d’établir ce que l’Agence du revenu du Canada – l’organisme fédéral qui veille à ce que tous les particuliers et entreprises canadiens paient leur juste part – appelle votre « année de base » ou de référence. Vous êtes admissible à des crédits d’impôt spéciaux au cours de votre première année ou année de base. Pour votre deuxième année, vous n’êtes autorisé à effectuer un suivi que pour trois mois de travail afin d’être admissible à l’aide financière aux jeunes entreprises, alors préparez-vous en conséquence et sachez anticiper.

Votre registre deviendra pour vous une ressource clé lorsque viendra le moment de produire l’état des résultats des activités de votre entreprise à la fin de l’année ou lors de la saison des impôts. Ce formulaire associera ou réconciliera vos revenus (intrants) avec vos dépenses (extrants) pour l’année, et révélera combien vous avez gagné (ou perdu) au net. Tâche longue et fastidieuse s’il en est une, c’est à ce moment que l’aide d’un commis comptable ou d’un logiciel de comptabilité (nous aborderons ce sujet en détail plus loin) peut s’avérer utile.

Selon votre industrie et la nature de votre travail, vous pourriez avoir besoin d’un autre document important, à savoir un permis ou une licence. Par exemple, si vous cherchez à ouvrir le petit café de vos rêves au coin de la rue, vous aurez besoin d’un permis de restauration du Québec et pourriez faire l’objet d’inspections régulières. Renseignez-vous sur les exigences du gouvernement pour pouvoir pratiquer votre métier, ou pour fournir le service ou le produit que vous souhaitez offrir au public.  

Obstacle #2 : les capitaux

Si en tant que travailleur indépendant vous devez un jour envisager l’embauche de personnel pour soutenir le flux de travail, ou la location d’un espace commercial pour stocker des articles ou tenir des réunions, tout d’abord il s’agit là d’une excellente nouvelle! Toutefois, vous pourriez avoir besoin d’un financement initial pour démarrer. Les prêts que vous contractez auprès des institutions financières peuvent parfois comporter plus de formalités administratives et des exigences plus strictes que les bénéfices escomptés, mais il vaut la peine de vérifier auprès de votre banque les options qui s’offrent à vous comme première étape. Au fur et à mesure que les gouvernements accroissent leurs dépenses (à hauteur de 23 milliards de dollars) pour motiver l’innovation et l’esprit d’entreprise, il devient un peu plus facile d’accéder publiquement à des capitaux. 

Si les sources de financement traditionnelles sont une voie sans issue, pensez au financement participatif. Il s’agit d’un concept relativement nouveau qui a récemment gagné en popularité en raison des difficultés d’obtenir des sources de financement traditionnelles. Cette méthode est particulièrement efficace lorsque vous vendez un produit tangible qui est dans la phase de prototype (un album de musique par exemple). Au Québec, LaRuche est une importante plate-forme de sociofinancement s’adressant principalement à un public francophone. Leurs régions comprennent la ville de Québec (dans son ensemble), Montréal, la Mauricie et le Bas-St-Laurent. Au-delà du Québec, les fabricants de produits peuvent consulter GoFundMe et Indiegogo pour obtenir l’aide au démarrage dont ils ont besoin.

Assurez-vous simplement que votre plan d’affaires soit mis à jour avec les bénéfices réalisés et les chiffres de croissance à ce jour, les projections pour les années à venir, et une proposition en matière de valeurs solide et bien documentée pour votre offre.

Obstacle #3 : l’équipement

Un autre obstacle majeur pour certains entrepreneurs et propriétaires de petites entreprises est l’accès à des actifs tangibles en dehors du capital, actifs qui sont nécessaires pour gérer l’entreprise. En outre, si ce que l’entreprise offre est un produit physique et non un service, cela nécessitera l’accès à des outils, des machines ou du matériel – et possiblement en vrac. Selon l’échelle de production, l’équipement peut s’avérer coûteux, difficile à obtenir et trouver l’espace pour son entreposage peut se révéler problématique.

La Banque de développement du Canada (BDC), société bien connue de financement de capital de risque, offre aux entreprises des solutions de financement pour les achats d’équipement. Elle offre des conditions de remboursement flexibles qui vous laissent suffisamment de latitude pour faire croître votre entreprise. S’approvisionner auprès de fournisseurs crédibles et savoir négocier des ententes sont des atouts essentiels pour maintenir des partenariats à long terme et faire des investissements qui en valent la peine.

Si vous venez tout juste de démarrer votre entreprise, vous pourriez envisager de louer ou d’acheter l’équipement d’occasion dont vous avez besoin. Crédit-Bail CLE est un spécialiste québécois du financement de l’équipement pour les travailleurs autonomes, les entrepreneurs et les petites entreprises. Ces ressources vous permettent d’avoir accès à l’équipement dont vous avez besoin sans engagement financier préalable, ainsi que de faire en premier lieu l’essai d’équipement qui pourrait fort bien se révéler un achat à long terme.  

Opportunité #1 : la technologie

Développer et maintenir un écosystème technologique personnalisé qui s’adresse directement aux besoins de votre entreprise est primordial. Avant d’investir dans chaque gadget, application et service dont vous avez entendu parler, demandez-vous d’abord si la technologie que vous envisagez utiliser aidera – ou entravera – vos objectifs d’affaires en ce qui a trait à vos résultats nets. Avec les plates-formes des médias sociaux agissant à titre de puissants connecteurs de personne à personne, communiquer avec votre public cible devient plus abordable et efficace que jamais. De même, les nouveaux programmes créateurs de sites Web comme WordPress et GoDaddy vous permettent de créer et de maintenir votre site Web d’entreprise à un coût minime.

Il existe un certain nombre d’outils abordables et conçus ici même pour vous aider à gérer vos finances et votre service de paie. De fabrication québécoise, Nubis est un logiciel de gestion de la paie basé sur le nuage informatique pour vous aider à mettre en place des paiements automatiques à votre personnel et à vos fournisseurs. Pour gérer les processus comptables, Sage et Intuit entre autres, offrent des solutions comptables en français avec  un soutien financier général en matière de facturation et de tenue de livres. Quand arrive la saison des impôts, notre propre logiciel ImpôtExpert est un logiciel de préparation de déclarations de revenus qui utilise le moteur de calcul fiscal le plus robuste au pays.  

Opportunité #2 : les crédits d’impôt

Être propriétaire d’entreprise vous donne droit à un certain nombre de crédits d’impôt. Ce qui importe est de savoir lesquels parmi ces crédits sont ceux auxquels vous êtes admissible. Certains se rapportent à des dépenses quotidiennes dont vous ne pensiez peut-être pas à faire le suivi, et qui deviennent trop compliquées à retracer quand vient la saison des impôts. Voici les principales dépenses dont vous devrez effectuer le suivi dans votre registre :

  • Les frais de transport constituent une déduction d’impôt importante si vous utilisez les transports en commun, les taxis ou un véhicule que vous possédez à des fins commerciales. Pour le transport en commun, conservez vos laissez-passer et vos reçus pour obtenir le crédit d’impôt fédéral pour le transport en commun (disponible jusqu’au 30 juin 2017). Si vous êtes propriétaire d’une voiture, conservez les reçus et notez le kilométrage pour obtenir un allégement financier total ou partiel sur le stationnement, le carburant, l’entretien mécanique et l’assurance.
  • Les frais de bureau à domicile sont déductibles d’impôt si vous travaillez à domicile. Cela signifie que l’argent que vous dépensez pour réaffecter votre maison à des fins professionnelles est admissible au remboursement. Cela comprend les taxes foncières, les intérêts hypothécaires, le loyer, les services publics, l’assurance et, dans certains cas, l’entretien et les réparations.
  • Divertir des clients et adhérer à une association sont des dépenses essentielles pour établir votre réputation et faire croître votre entreprise. Bien qu’elles puissent sembler de prime abord assez lourdes à assumer, ces dépenses sont néanmoins déductibles à 50 %.

Avantage supplémentaire à considérer : si vous exploitez une entreprise non constituée en société au Canada, vous n’avez pas à payer d’impôt sur le revenu étant donné que vous gagnez votre revenu simultanément. Au lieu de cela, vous n’avez à payer que l’année suivante lorsque vous produisez votre déclaration de revenus pour l’année précédente. En revanche, les employés enregistrés des sociétés constituées en société paient des impôts au même moment qu’ils gagnent un revenu. Être en mesure de reporter vos paiements d’impôt libère de l’argent qui peut être utilisé pour subvenir à vos besoins et aux besoins immédiats de votre entreprise. Assurez-vous toutefois d’avoir préparé un plan à long terme pour payer vos montants d’impôts dus. Lorsque votre revenu est supérieur à 1 800 $ par mois (résident du Québec), vous pourriez être assujetti à des versements d’acomptes provisionnels d’impôt, fait à noter, ces versements sont répartis sur quatre versements trimestriels.  

Opportunité #3 : l’embauche de personnel

Savoir tirer profit des réseaux de recherche d’emploi en ligne et établir des relations avec les établissements d’enseignement de votre communauté peut vous aider à obtenir du soutien supplémentaire lorsque vous en avez vraiment besoin. Avec la montée en puissance des plates-formes de recherche d’emploi en ligne comme Indeed, Angel List, LinkedIn et Neuvoo, il n’a jamais été aussi facile d’accéder à un bassin des meilleurs et des plus brillants talents du monde. Pour le soutien en personne, associez-vous à l’université, au CÉGEP ou au collège de votre région et lancez un programme de stages afin d’attirer les esprits jeunes et brillants désireux d’acquérir de l’expérience.  

Vous pourriez également faire appel à d’autres travailleurs indépendants. Pige.quebec est un excellent endroit pour attirer des talents locaux où vous pouvez afficher une offre d’emploi et même votre propre offre de service, vous permettant ainsi de créer des liens avec des personnes partageant les mêmes idées au fur et à mesure que vous construisez votre réseau d’affaires. Upwork, Freelancer.com, LinkedIn et Facebook accordent une grande attention à la numérisation et à la simplification du processus de mise en contact des talents avec ceux et celles qui requièrent leurs services, alors que l’économie orientée vers le travail indépendant continue de gagner en popularité au Québec et partout au Canada.  

N’oubliez pas, il existe mille et une façons de tirer le meilleur parti de la création de votre propre entreprise et de prospérer en tant que travailleur autonome. Informez-vous des opportunités et des obstacles à prévoir et vous maximiserez les chances de réussite pour vous et votre entreprise.  

Éric Neveu est vice-président des Services et logiciels pour professionnels et consommateurs chez Thomson Reuters (ImpôtExpert).

QUI EST Éric Neveu?

Éric Neveu est vice-président des Services et logiciels pour professionnels et consommateurs chez ImpôtExpert, le logiciel d’impôt pour les consommateurs canadiens de Thomson Reuters, dont les bureaux sont situés à Montréal, Québec.

Abonnez-vous à Éric

Ce formulaire vous permet de partager vos coordonnées directement avec l'auteur. Ainsi, vous allez restez au fait de ses activités autant sur, qu'en dehors, du site de LaTranchee.com.
← Retour

COMMENTAIRES

  1. Article intéressant, merci de partager.
    J’ai un point que j’aimerais éclaicir, celui des capitaux.
    Je suis allé voir le lien que vous indiquez pour obtenir les subventions que nous pouvons avoir droit selon le secteur où nous nous situons.
    http://www.grants-loans.org
    ou en version française:
    http://www.subventionspretsentreprise.com
    À ma surprise, il y a eu un signal d’arnaque à leur propos.
    https://www.signal-arnaques.com/scam/view/34254

    Pouvez-vous valider que ce n’est pas une attrape et que nous pouvons utiliser leurs services?
    L’organisation demande plus de 500$ pour utiliser leurs services pour un an et prétende rembourser le tout lorsque l’usager trouve un moyen de financement parmi leur banque de données.
    Est-ce une carotte pendu devant un fil ou une arnaque, je me pose la question car c’est cher payé pour une banque de données que l’on peut trouver si on cherche un peu plus que 5 minutes.

  2. Bonjour,

    N’utilisez pas ce site. En effet, il a été reporté comme une arnaque. Vous pouvez tout trouver gratuitement sur les sites gouvernementaux (www.economie.gouv.qc.ca) (https://www.canada.ca/fr/services/entreprises/subventions.html). Vous pouvez aussi vous faire accompagner gratuitement par des organismes de développement régional. Informez-vous. Tout est là… :wink:

  3. Je n’ai jamais testé leur services, mais je vais demander à l’auteur de nous partager son expérience avec cette compagnie!

  4. Bonjour, @Roger et @Pascal_Cabana, et merci pour vos commentaires! Nous sommes heureux que vous ayez trouvé ce billet utile. Nous sommes actuellement en train d’envisager plusieurs options d’organismes affiliés avec le gouvernement ainsi que des options d’organismes privés avec lesquels nous ne sommes pas affiliés, pour simplifier votre recherche sur les solutions disponibles au Québec et pour vous laisser découvrir laquelle des solutions offertes s’avère la meilleure pour vous selon vos besoins individuels. Côté financement, si Grants-Loans.org n’est pas une solution adaptée à vos besoins, essayez les autres options mentionnées, comme LaRuche, Indiegogo, et GoFundMe. Nous vous recommandons également de vous renseigner sur les solutions que votre banque pourrait vous offrir. Nous espérons que ces renseignements vous seront utiles.

  5. Merci, @Pascal_Cabana. Comme c’est le cas pour chaque service, incluant le nôtre, la seule chose que nous recommandons aux lecteurs est de faire des recherches et de prendre des décisions selon leurs besoins individuels. Ce qui s’applique à certaines personnes ne s’appliquera pas nécessairement à tous. Si vous désirez poursuivre la conversation, veuillez nous envoyer un message à cet effet. Bonne journée.

  6. Bonjour merci por l’information. Je vous juste comenté mon expérience avec BDC (banque de développement de Canada), quand je suis aller leur voir pour une consultation, le conseiller, tout de suite m’a proposé des services conseil vraiment dispendieux. Alors pas de conseil sans achats (quelques miles) et après un étude qui n’importe qui aurait peut faire et aucun suivi. Alors, juste faites attention si vous pensez à eux comme service.

  7. merci pour toutes ces infos ! La plusieurs ne me concernent pas pour le moment, mais je trouve ça important de lire ses infos si jamais dans le futur je vends plus et j’ai besoin de personnel certains aspects de mon entreprise.

  8. Au risque d’avoir l’air débutant, quand on fait moins de 30 000$ par année, je sais qu’on a pas besoin de numéro de taxes. Mais est-ce qu’il y a une étape importante de plus quand on se déclare au gouvernement?

  9. Pas certain de comprendre la question…déclare les revenus?

  10. Oui, les revenus! Désolé si c’était pas clair!

Poursuivez cette discussion sur https://forum.latranchee.com

Participants

COMMUNAUTÉ + COACHING + FORMATION

La Tranchée t'offre un portail de formation 101 gratuit, des rabais sur des formations avancées plus l'accès à une communauté d'entrepreneurs et de marketeurs qui souhaitent tous dominer le monde!

Joindre La Tranchée

À LIRE ENSUITE