MLM: 4 statistiques choquantes que l’industrie ne veut pas que vous sachiez

Êtes-vous déjà impliqué dans un MLM ou avez-vous l’intention de l’être prochainement? Si vous avez été invité à vous joindre à un de ces programmes aussi appelé «marketing de réseau», «système à paliers multiples» ou « marketing relationnel », il est fort probable qu’on ait tenté de vous vendre l’idée qu’avec une heure ou deux de travail par semaine, vous serez bientôt riche.

Si vous êtes déjà membre d’un réseau, vous vous dites probablement : «Ouais, finalement c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire».

Qu’est-ce qui explique cette si grande différence entre la promesse et la réalité? La raison est très simple : ce type de business, comme n’importe quel autre, n’échappe pas aux règles de base de l’entrepreneuriat.

Une des règles élémentaires est de bien connaître l’industrie dans laquelle on plonge et de bien maîtriser le modèle d’affaires ou le plan marketing qu’on veut réaliser. La majorité des gens ne connaissent rien d’autre du MLM que ce que l’industrie elle-même leur a enseigné, bien sûr en se prétendant être l’experte en la matière.

Mais comme le dit l’expression populaire, il y a toujours deux côtés à une médaille.

Aujourd’hui, je vais donc m’attarder à l’étude du MLM (Multi Level Marketing) et son modèle d’affaires sous l’angle du «revers de la médaille», c’est-à-dire à travers de chiffres, de statistiques et d’observations basés sur une analyse objective et INDÉPENDANTE de l’industrie.

Les informations que je vais vous donner peuvent paraître choquantes à première vue et peuvent donner l’impression que se lancer dans un MLM est une mauvaise idée. Je ne suis pas en train de dire que les MLM sont des arnaques et je n’essaie pas de nuire à l’industrie. Ce n’est pas du tout mon intention; bien au contraire!

La Tranchée est une plateforme pour entrepreneurs; c’est donc avec un oeil de gestionnaire et d’analyste du marché que j’aborde le sujet.

Avec les bonnes informations en main, il sera possible de développer un marketing beaucoup plus réaliste et mieux adapté à la réalité. Cela permettra notamment d’arrêter de perdre son temps et son énergie là où d’autres se sont cassé les dents et ainsi pouvoir se concentrer à 100% sur des stratégies réellement efficaces.

Mon objectif est donc de vous aider à réunir les conditions gagnantes pour vous permettre de réussir vos projets MLM.

On dit souvent que «le savoir, c’est le pouvoir». Alors, voici ce que vous devez savoir.

Statistique choquante #1 : Seuls 0,3% des participants gagnent de l’argent

Les entreprises de MLM sont extrêmement frileuses à donner leurs statistiques. Et quand elles le font, on sent bien que les chiffres sont enrobés d’un positivisme pas tout à fait conforme à la réalité. Lors de la publication des résultats financiers, on produit de beaux tableaux tels que le chiffre d’affaires, le nombre de membres, l’argent versé tous les mois, etc.

Toutefois, si on pose des questions plus précises telles que :

  • Quel pourcentage des membres ont dépensé plus que ce qu’ils ont gagné?
  • Quel pourcentage des participants gagne 50 000$ et plus par année?

Ah là par contre, c’est le silence total.

Des experts statisticiens avançaient des chiffres selon lesquels moins de 10% des gens feraient réellement de l’argent, c’est-à-dire que la majorité paierait plus qu’elle ne gagne.

L’industrie a toujours contesté vigoureusement ces chiffres, de même que tous les présentateurs de MLM. Le mantra officiel est toujours le même : ceux qui perdent, ce sont les paresseux qui ne travaillent pas assez; ce n’est jamais la faute de la structure. Voilà quand même un jugement surprenant porté par les mêmes qui essayaient de nous vendre un projet qui supposait deux heures de travail par semaine…

Quoi qu’il en soit, en 2008 a eu lieu un procès en Angleterre contre la très célèbre compagnie Amway et tous les chiffres ont dû être dévoilés au public. Ce qu’on a alors découvert est stupéfiant!

0,3% seulement des participants gagnent plus qu’ils ne dépensent. Ça veut dire que 99,7% perdent de l’argent! En d’autres mots, sur 1 000 participants, seulement trois personnes gagnent plus que l’argent initialement investi!

En 2011, un rapport a été produit aux États-Unis par la Federal Trade Commission, compilant les données de 400 MLM. Il a été démontré que dans l’ensemble de l’industrie, 99,25% des participants dépensent plus qu’ils ne gagnent. Jon Taylor, le responsable du rapport de la FTC, a conclu que d’un point de vue statistique, vous avez presque autant de chance de gagner de l’argent en jouant au casino qu’en joignant un MLM.

D’autres sources de statistiques démontrent que ceux qui gagnent une moyenne de 50 000$ par année et plus, soit 0,01% des participants, travaillent à TEMPS PLEIN dans le développement de leur projet MLM.

On comprend donc très vite que l’idée de devenir millionnaire en travaillant une heure ou deux par semaine est un mythe qui n’est absolument pas conforme à la réalité de l’industrie.

Un bon entrepreneur est celui qui se sert des obstacles inévitables comme levier pour se propulser au prochain niveau de son développement. La connaissance de ces statistiques permet très exactement de faire cela. Il suffira donc d’étudier ce qui est la cause de l’échec des 99,7% afin de ne pas répéter les mêmes erreurs, et ce que font de différent les 0,3% qui accèdent au succès, de façon à optimiser son temps et son énergie là où le travail est vraiment efficace.

Statistique choquante #2 : La majorité est mathématiquement condamnée à perdre

Là, on va parler de chiffres et de mathématiques. Car il faut se dire les vraies choses : si je recrute deux personnes, et que ces deux personnes recrutent deux autres personnes chacune, et que tous ces gens recrutent également, et qu’on représente cette structure sous une forme graphique, ça dessine TOUJOURS une pyramide.

Or, une structure pyramidale est sujette à des lois mathématiques que JAMAIS aucun présentateur de MLM ne voudra vous révéler; vous comprendrez très vite pourquoi.

Faites l’exercice suivant : sur une feuille, dessinez n’importe quel type de structure pyramidale que vous pouvez imaginez, 2×2, 4×4, 2×8, 3×7, aucune importance.

Ensuite, calculez combien il y a de gens au total dans la pyramide.

Puis, calculez combien il y a de gens dans la ligne du bas, c’est-à-dire tous ceux qui n’ont aucune recrue sous eux.

Vous découvrirez avec stupéfaction que cette ligne du bas est toujours ÉGALE ou SUPÉRIEURE en nombre à tout le reste de la pyramide.

Donc, la majorité des participants est CONDAMNÉE à perdre, ou du moins à dépenser plus qu’elle ne gagne. Impossible de faire autrement, c’est une loi mathématique inviolable!

Voici un exemple concret pour bien comprendre :

Dans cette illustration, Albert recrute trois personnes, qui recrutent à leur tour trois autres personnes chacune.

Vous pouvez observer qu’au total, la pyramide contient 13 personnes.

Or, la ligne du bas, c’est-à-dire tous ceux qui ont payé pour participer, mais qui n’ont aucune vente, représente neuf personnes sur treize, soit 70% des participants.

Or, supposons que ces neuf personnes de la ligne du bas recrutent elles aussi chacune trois personnes, il y aurait donc 40 personnes dans la pyramide pour un total de 27 sur la ligne du bas. Si vous faites le calcul, le ratio de 70% de gens mathématiquement condamnés à perdre reste pratiquement inchangé!

Mais il y a plus restrictif encore : la plupart des entreprises MLM obligent leurs membres à se «qualifier» pour avoir le droit de percevoir un chèque. Il faut généralement remplir l’équivalent du premier ou du deuxième niveau sous nous.

Cela signifie que, de façon générale, les deux ou trois derniers niveaux de la pyramide, soit plus de 90% des participants, NE SONT PAS ADMISSIBLES à recevoir des montants d’argent significatifs.

Et c’est comme ça qu’on arrive à “disqualifier” jusqu’à 99,7% des participants à recevoir des profits.

Là, vous commencez peut-être à être découragé! Mais non! Au contraire!

La connaissance de ces vérités mathématiques permet de développer une stratégie efficace pour réussir dans le MLM. À partir du moment où on a compris que la pyramide répond à des lois mathématiques, on comprendra qu’une bonne stratégie de développement devra aussi s’appuyer sur des lois mathématiques.

De plus, il sera possible de mieux choisir le programme MLM qu’on voudra développer. On constate que mathématiquement, plus une pyramide est faite sur le large, plus il y aura de perdants. Mais en réalité, tout cela est plus ou moins important, car d’un point de vue entrepreneurial, le but est de développer une stratégie gagnante, et cela est faisable avec (presque) n’importe quel système.

Statistique choquante #3 : Tous les systèmes s’équivalent

Les vendeurs du système MLM jouent souvent avec les mots pour convaincre leurs prospects que leur programme est meilleur que celui du concurrent. Ils vont vous dire par exemple : «Nous avons un système innovant. Ce n’est pas une pyramide, mais un système binaire de type australien. C’est beaucoup plus payant pour nos équipes de vente.»

Peu importe les mots utilisés, peu importe les structures proposées, une vérité demeure : si, à n’importe quel moment dans le plan de rémunération, il faut recruter de nouveaux membres qui devront faire la même chose que vous, alors on a affaire à une structure pyramidale.

J’ai entendu souvent des gens affirmer le plus sérieusement du monde : «Les systèmes pyramidaux sont interdits par la loi; notre système est légal, donc ce n’est pas une pyramide».

La différence entre un système légal et illégal n’a RIEN À VOIR avec la structure pyramidale. Le facteur légal est basé exclusivement sur les méthodes comptables de l’entreprise.

Pour bien expliquer à quel point tous les systèmes s’équivalent, et que tout est une guerre de mots pour enrôler des gens qui n’ont pas pris la peine d’étudier ces systèmes, j’aime bien utiliser l’analogie d’un sac dans lequel 20 personnes ont mis chacun un billet de 1$.

Peu importe ensuite si vous secouez le sac de haut en bas, de gauche à droite, en diagonale, en faisant deux coups en l’air et un coup en bas, quand vous rouvrirez le sac, il y aura toujours 20$ dedans. Si quelqu’un retire plus que 1$ du sac, alors forcément quelqu’un va perdre sa mise en contrepartie. Il est IMPOSSIBLE que tout le monde puisse retirer du sac plus que ce qui a été mis dedans. Aucune stratégie de “brassage” de l’argent ne changera quoi que ce soit à cette réalité.

C’est exactement la même chose avec un MLM. Il n’existe aucun système, aussi “innovant” soit-il, aucune formule mathématique complexe capable de distribuer plus d’argent que ce qui a été injecté par les membres dans la matrice.

Les faits sont que peu importe les variantes géométriques de la pyramide, peu importe le nom qu’on lui donne, peu importe le système marketing qu’on développe autour, la majorité sera TOUJOURS perdante.

Il est très important de ne pas se laisser prendre à cette guerre de mots qui sert exclusivement à faire diversion sur les véritables enjeux qui ont une réelle influence sur votre succès.

La connaissance de cette réalité permettra donc de choisir un MLM qui est plus en accord avec nos valeurs et avec nos objectifs, plutôt que sur son seul objectif de rendement. Tous les MLM sont très payants lorsqu’on fait partie des gagnants. Alors, tant qu’à avoir le choix, autant investir notre temps et notre énergie dans celui qui nous valorise, nourrit nos passions et maintient la flamme de la persévérance dans l’atteinte de nos objectifs.

Selon Jon Taylor, 86% des participants abandonnent avant d’avoir gagné quelque chose. Les facteurs de persévérance sont donc plus importants dans le choix d’un MLM que la structure de distribution ou le potentiel de gain.

Statistique choquante #4 : Recruter est payant pour l’industrie, mais pas pour vous

Si vous savez bien compter, vous avez réalisé que si une entreprise peut embaucher des milliers de vendeurs, mais ne payer seulement que 0,3% d’entre eux, il s’agit là d’un modèle d’affaires extraordinairement payant pour les actionnaires!

La structure financière du MLM est dérivée du système capitaliste dont la survie n’est possible que grâce à une croissance continue et un maximum de profit.

En fait, plus vous recrutez, alors que vos recrues demeurent dans le 99,7% des participants non qualifiés pour recevoir un profit, plus vous êtes un client payant pour l’entreprise.

Tous les coachings et les programmes de “persévérance” offerts par l’industrie n’ont pas pour but VOTRE succès, mais LEUR succès. C’est un monde opportuniste de requins où chacun travaille pour ses propres intérêts.

Ce que l’industrie veut réellement, c’est développer une armée de petits vendeurs qu’ils n’auront pas à payer. Voilà pourquoi ces statistiques ne vous sont JAMAIS exposées.

Il y a une autre raison pourquoi l’industrie veut une armée de vendeurs inefficaces : c’est qu’il existe un problème majeur dans tous les MLM qu’on appelle la «saturation du marché» et qui survient systématiquement lorsqu’un développement trop rapide atteint un niveau où il y a plus de vendeurs que d’acheteurs potentiels. Faute de gagner suffisamment de nouveaux adhérents, les gens abandonnent et le système s’écroule. Pour éviter ce phénomène, une solution simple est de limiter le développement afin d’avoir une croissance stable et linéaire dans le temps. Mais chut! Il ne faut absolument pas le dire aux recruteurs!

Un excellent exemple de ce phénomène est survenu avec la célèbre compagnie Melaleuca Inc. En 1998, soit 13 ans après son lancement, elle a atteint le point de saturation et était sur le point de s’écrouler. Pour sauver la situation, son fondateur, M. VanderSloot, a rigoureusement appliqué tous ces principes qui peuvent sembler contre-intuitifs à première vue : il a réduit les commissions de ses meilleurs vendeurs et a augmenté les critères de qualification pour les nouveaux arrivés. Autrement dit, il a forcé les membres à recruter plus pour finalement être payés moins. Et ça a fonctionné! Aujourd’hui, la compagnie prétend avoir “la plus forte croissance de l’industrie” avec une augmentation annuelle de son chiffre d’affaires de 12%.

Mais encore une fois, si vous savez bien compter, vous aurez compris que si chaque membre recrutait un seul nouveau membre par année, la compagnie aurait un taux de croissance de 100% annuellement… et retomberait très rapidement au point de saturation. Si donc «la plus forte croissance de l’industrie» a un taux de croissance annuel de 12%, cela signifie que plus de 95% des participants ne recrutent pas, ne sont par conséquent pas qualifiés pour gagner quelque chose, et donc dépensent plus qu’ils ne gagnent.

Mais il y a une faille dans ce système! Et c’est ce qui permet aux 0,3% de se hisser au-dessus des autres et de ramasser tous les profits. En effet, en regardant les statistiques, on découvre que ceux qui sont dans le 0,3% NE SONT PAS CEUX QUI ONT RECRUTÉ LE PLUS, mais ceux qui ont le mieux soigné leur réseau.

En effet, mieux vaut avoir 3 recrues actives et qualifiées que 99 qui ne font rien. La plupart des gens utilisent 90% de leur énergie à recruter et 10% à soigner leur réseau. Les 0,3% des gagnants font exactement l’inverse!

Conclusion

Un MLM n’est pas une fondation de charité : c’est une entreprise comme toutes les autres dont le modèle d’affaires a pour but de faire des profits. Tous les MLM offrent donc un programme de vente et de rémunération qui permet de faire le maximum de profit possible POUR EUX.

Pour une entreprise MLM, le client, c’est vous.

Aussi longtemps que vous suivrez la propagande et les programmes de vente des grandes entreprises MLM, vous ferez partie des 99,7% perdants, car c’est très payant pour l’industrie de vous laisser dans cet état.

Et ça fonctionne! Selon les statistiques, un ménage sur deux aux USA participe à au moins un programme MLM. Cela génère une industrie de 200 milliards de dollars US annuels. Mais qui en profite? Une minuscule élite composée de 0,3% des participants seulement!

Le jour où vous arrêterez d’avoir une attitude de client face aux MLM, et que vous développerez un esprit d’entrepreneur, vous commencerez alors à travailler en fonction de VOS intérêts ; vous apprendrez à compter en tenant compte des lois mathématiques particulières des structures pyramidales et vous élaborerez un plan marketing en conformité avec ces principes. Vous découvrirez soudainement la recette pour passer dans le camp du 0,3%.

Commentaires
DavidCaron
il y a un an

Waouh j’ai adoré ton article David surtout que j’ai moi-même fait partie d’un MLM, Usana. J’ai participé pendant près de 2 ans très activement jusqu’à ce qu’un jour je ne puisse plus continuer car j’avais fait l’erreur des 99,7 % j’avais mis du temps à recruter plutôt qu’à investir dans les quelques-uns qui aurait pu m’apporter une réelle satisfaction de mon temps investi.J’ai pu quand même touché quelques centaines de dollars pour récupérer mon investissement de départ et c’était mon objectif 1er avant de laisser cette compagnies ,qui est quant à moi ,une excellente quand même.
J’adorais les produits ,la compagnie et les gens avec qui je travaillais notamment mes mentor. J’avais une superbe équipe avec une idée visionnaire de notre place au Qc, par contre les gens que j ai recruté n’étaient pas autant motivés que moi parfois même pas du tout. Je sais aujourd’hui que je les avais forcé à acheter en quelques sortes ou le leur avais vendu l’espèce de rêve de travailler en peu de temps pour obtenir un maximum de résultats ,ce qui est complètement faux mais je n’en étais pas conscient complètement moi-même.
Mais aujourd’hui sept années de recul je me rends bien compte que ce modèle fonctionnait très bien pour ceux qui savaient l’appliquer comme des entrepreneurs. Et j’en avais la preuve dans mon entourage de mentors immédiat.
Je me sens choyée d’avoir eu cette expérience car je peux comprendre aujourd’hui pourquoi celle-ci fût un échec.
La meilleure façon d’apprendre et de faire des erreurs mais si j’avais la chance de réessayer celle-ci je la referais sans hésiter.

benny0350
il y a un an

très bon article j’ai aussi participé a une mlm voilà plusieurs année, c’était justement melaleuca, mais comme je ne suis pas vendeur je n’étais pas motivé comme mon mentor. J’ ai du abandonné trouvé un emploi plus payant ( à bien y pensé je ne sais pas, je travaillais 80 heures par semaine):man_shrugging:

Pier-Luc
il y a un an

Excellent article David ! Je suis moi-même impliqué dans 3 MLM et ces informations me seront grandement utiles ! Merci et continu ton excellent travail !

Genevieve3
il y a un an

Merci beaucoup pour cette article c’est vraiment intéressant

Frederic_Chapelle
il y a un an

Merci David pour cet excellent article dans lequel tu as réussi à être à la fois pédagogue, sans tomber dans la critique caricaturale.

Durant ces trente dernières années, j’ai probablement participé à 7 ou 8 MLM différents, Amway, Herbalife, LR, Usana, et bien d’autres.

Jamais je n’ai réussi à percer dans ce type d’entreprise et j’ai dépensé des fortunes !

Si je devais recommencer aujourd’hui, je m’y prendrais de façon complètement différente.

Mais d’avoir fréquenté ces différentes sociétés et d’avoir participé à leur formations et congrès m’a beaucoup apporté et j’en retire énormément de choses positives qui me sont utiles aujourd’hui.

IsaCDanseFitness
il y a un an

Woooooow! C’est épiquement bien expliqué. Si j’avais eu ce petit cours 101 à l’époque où j’ai engouffré des dollars beaucoup trop précieux d’étudiante dans deux de ces compagnies sans même avoir un grand intérêt pour les produits… Ces recruteurs étaient très motivés et très convaincants. Merci!! Très instructif.

Mariepier
il y a un an

Merci beaucoup David pour ces explications ! Beaucoup de gens dans mon fil d’actualité Facebook font la promotion de produits qui se base sur ce modèle d’affaires MLM ( Usana & Keto Café) . Merci de bien expliquer ce type de modèle d’affaires et malgré les tentations d’être l’une de leurs recrues et de faire de l’argent rapidement, une chance que je n’ai jamais participé à ce type d’entreprise. Temps et argent pour si peu de résultats…

David_Couture
il y a un an

Je n’ai pas dis que c’était un modèle d’affaire inefficace. je pense qu’un MLM a autant de chance de fonctionner que n’importe quel autre type de projet commercial.

Le ratio est d’ailleurs presque le même : 80-90% de ceux qui se lancent en business ne réussissent pas, tous modèles d’affaires confondus. Ça ne veut pas dire que tous ces projets ratés n’étaient pas bon : simplement qu’il n’ont pas été développé de la bonne manière, avec la bonne stratégie, la bonne approche, avec suffisamment de focus, de persévérance… etc, il y a 1000 paramètres à considérer.

Ce qu’il faut retenir du message, c’est qu’à chaque modèle d’affaire il faut la stratégie appropriée.

Et en ce qui concerne les MLM, la plupart de ceux qui se lancent là-dedans le font de la mauvaise manière.

Mon but n’est pas de décourager les gens de se lancer dans un MLM, mais simplement de leur apprendre à développer la stratégie appropriée à ce type de business très particulier, où plusieurs intérêts concurrentiels s’affrontent.

marie.lagalerieemerg
il y a 8 mois

Merci pour cet article éclairant. J’ai été approché par une connaissance que j’admire pour rejoindre une entreprise MLM et c’est super de trouver ici des infos sur lesquelles s’appuyer… car j’ai l’impression que le flou est de mise dans le recrutement. Finalement, je pense que ce n’est pas un modèle pour moi…

SandraLemire
il y a 6 mois

Merci pour cet article. J’essaie justement de faire différent dans mon MLM, je l’ai bien choisi et je veux le développer comme étant ma propre entreprise. Je veux faire un site Internet ou je donnerai beaucoup d’informations, astuces et outils pour aider les gens a mieux voyager et j’hésite à faire une section partenaire pour recruter de nouveau membre, en fait, je ne sais pas du tout comment m’y prendre pour cette partie. Je ne veux pas vendre le rêve comme beaucoup d’autre font, je veux être totalement transparente.

Aurais-tu des conseils à me donner ?

David_Couture
il y a 6 mois

J’avais prévu une 2e suite à ce blog, finalement ça ne s’est pas concrétisé.

En gros, les conseils que je peux donner c’est :

#1 Ne choisis pas un MLM juste pour l’intérêt financier. L’humain ne peut être motivé que s’il s’épanouit dans ce qu’il fait. Sinon l’intérêt diminue très rapidement au fil du temps, jusqu’à devenir nul. Il faut donc choisir un MLM basé sur des valeurs profondes, et pour lequel on ne fait pas de compromis personnels.

#2 Plus un projet rentre dans l’intimité des gens, plus il est difficile à vendre. Par exemple, un programme pour maigrir sera considérablement plus difficiles à vendre que des accessoires de voitures. En ce qui concerne tout les produits et services reliés à la santé, je déconseille fortement, sauf si on a déjà une audience, et qu’on utilise le MLM comme structure pour faciliter le développement d’une gamme de produits. S’auto-promouvoir « coach en santé » et partir à zéro avec un MLM ça ne fonctionne pas dans 99,9% des cas.

#3 Il est inutile de dépenser de l’énergie à convaincre quelqu’un qui n’est pas intéressé. Non seulement c’est une perte de temps incroyable, mais c’est le meilleur moyen pour détruire notre cercle de contacts, voir même se faire mettre à l’écart de notre famille. Si t’as fais chier une seule personne en essayant de vendre ton MLM, alors t’as une mauvaise méthode de recrutement. Il faut plutôt dépenser la majorité de notre énergie avec ceux qui sont faciles à convaincre, où déjà convaincus. Ainsi, au lieu de détruire notre cercle de contacts, on le construit. Ça peut sembler contre-intuitif à première vue, mais c’est la seule méthode efficace. Il y a 8 milliards d’individus sur terre, avec un peu de patience et de persévérance, tu en trouveras bien une douzaine que tu pourras intégrer dans ton équipe sans leur tordre un bras.

#4 Il faut comprendre que comme recruteur de MLM, ce n’est pas notre travail de remplir toute la downline. C’est le travail de nos recrues. Les experts en recrutement que j’ai rencontré recrutent en moyenne 1 nouveau membre par mois à peine. Le restant de leur temps ils le consacrent à développer des relations avec leur recrue DÉJÀ recrutées. Pourquoi? D’abord établir un lien de confiance via une véritable relation humaine, s’assurer qu’ils gardent la motivation, et leur apprendre à faire la même chose que vous êtes en train de faire, c’est à dire développer son propre réseau de contact. C’est beaucoup plus efficace de convaincre une seule personne d’en recruter trois autres, que d’en recruter trois sois-même. En fait, c’est la seule façon mathématiquement efficace de remplir une downline.

#5 Comme n’importe quel projet d’entrepreneuriat, il y a personne à qui tu vas présenter ton projet pour la première fois et qui va se dire « cool, où je vais pour payer tout de suite? » On achète un produit, et à plus forte raison un service, lorsqu’on a développer un lien de confiance avec le vendeur. Et nous les adultes, on ne se fait pas des amis comme en maternelle, où on devient amis avant même de se demander son nom. Nous les adultes, on construit une relation à la suite de plusieurs rencontres successives, où chaque fois l’intérêt grandit. Ainsi, si je veux acheter un voyage, et que j’ai 10 agents de voyages dans mon cercle de contacts, je vais spontanément aller d’abord vers celui envers qui j’ai développé une plus grande relation de confiance que les autres… soit généralement celui avec lequel j’ai le plus été en contact dans les dernières semaines. C’est ce principe qui est exploité avec les mailings list. Le but est de forcer une communication avec quelqu’un, et à force de l’inviter à lire des messages toutes les semaines, le prospect apprend à nous connaître, et ultimement à nous faire plus confiance que n’importe qui d’autres, car même si la relation est unilatérale, elle est quand même supérieure à celle d’un inconnu. Quand viendra donc le temps d’acheter, j’irai donc vers celui que je connais. Pour développer un MLM c’est la même chose. Si tu vas vers un inconnu, déjà tu as aucune relation avec lui. Donc peu importe ce que tu as à vendre, il te dira non. Donc avant même de vendre quoi que ce soit, il faut travailler à développer une audience. Et pour ça il faut être créatif. Dans un MLM, comme ce souvent des ventes très personnelles, et qu’on est en compétition avec les milliers d’autres vendeurs du même réseau, qui vivent parfois sur la même rue que nous, on développe généralement son audience en vendant sa personnalité. Il faut donc être actif dans sa communauté, et/ou les réseaux sociaux, se faire apprécier d’un groupe de personnes, et tranquillement, faire savoir, sans forcer la vente, qu’on travaille sur tel projet, et qu’on invite ceux qui sont intéressés à vouloir nous suivre. C’est un processus qui se fait sur le long terme, mais qui est le seul véritablement efficace.

En gros, bien que le MLM ait certaines caractéristiques propres à sa structure marketing, développer un projet se fait de la même manière que n’importe quel autre projet entrepreneurial. Tous les conseils présents sur La Tranchée seront utiles pour y arriver.

SandraLemire
il y a 6 mois

Un grand merci d’avoir pris le temps de répondre a ma question.

Mon premier MLM était justement dans le domaine de la santé et perte de poids et je n’étais pas la meilleure cliente puisque je n’ai jamais eu à prendre de tel produit, ma motivation était purement financière, on m’avait vendu l’idée que je ferais plusieurs centaines de dollars, finalement non !

Néanmoins, ça m’a permis de me familiariser avec le concept et j’en suis tombé amoureuse, je suis consciente maintenant que ce ne sera pas aussi simple comme certain essaie de le prétende ! Mon choix c’est arrêter sur un MLM qui offre plusieurs services dont le voyage, c’est quelque chose qui me passionne et que je veux retransmettre aux gens.

La fameuse liste des 100 noms et du marché chaud. Heureusement, je n’ai poussé personne à bout, c’est pour cette raison que je veux me tourner vers le blog et la mailing list, pour aller chercher un réseau de contact nouveau et déjà intéresser. D’après ce que je lis de ton message, j’ai déjà la bonne solution, il me reste qu’à y mettre toute mon énergie et le reste, c’est une question de temps et de persévérance. Prendre le temps de bien starter ma downline aussi, ça me semble important de leur fournir mon aide et mon appui dès le commencement. Ça me rassure de voir que je suis sur la bonne voie et pas totalement dans le champ !

Merci encore !

David_Couture
il y a 6 mois

Ce qui est ironique, c’est que les entreprises de MLM, surtout celles qui ont déjà quelques années d’expériences, NE VEULENT PAS que les gens recrutent trop vite. Il faut limiter la croissance en dedans de 8% par année pour éviter une saturation du marché, le premier ennemi économique d’un MLM.

Si chaque recrue ajoutait une seule nouvelle recrue par année, on aurait un taux de croissance de 100% annuel. C’est là qu’on réalise que 8% c’est vraiment très peu.

Considérant que les bons recruteurs, le top 1%, recrute une douzaine de nouvelles recrues par année, ça oblige un taux d’échecs des nouveaux de plus de 99%.

Donc la compagnie, pour être rentable, doit faire en sorte que les nouveaux payent le plus possible dans l’enthousiasme du moment, mais soient payés le moins possible en retour. Donc pour y arriver, ils vont même jusqu’à donner de mauvais conseils de recrutement, ou plutôt, réserver les véritables bons conseils pour l’élite recruteuse.

Comme d’habitude, en fait comme n’importe quel projet, c’est ceux qui sont capable d’avoir un pas de recul, de se détacher un peu (pas mal) de la mentalité « mainstream » et d’aller chercher ses sources d’informations un peu à côté de la boîte, qui vont arriver à se frayer un chemin à travers la masse de moutons.

Pascal_Cabana
il y a 2 mois

Bonjour à tous, j’ai bien pris note de tout les messages. Pour ma part, j’ai pris part dans le MLM à l’âge de 22 ans. J’ai travaillé de fort durant quatres années car j’avais un but et c’était de faire 250 000$ dans cet industrie. Est-ce que j’y suis arrivé, bien sûr. Les années ont suivis et je suis devenu un homme d’affaires accompli. La plupart de mes amis d’enfance ont connu la richesse avec le MLM. Aujourd’hui avec la pandémie j’ai pris un pas de recul et je me suis dit qu’il était temps de me lancer à nouveau. Bien qu’il y a plus de 175 compagnies différentes au Canada mais investissement s’est arrêté sur une entreprise offrant des solutions uniquement digitale. Une entreprise qui selon moi prendra beaucoup de place d’ici 2025. Je fais partie de l’élite du réseau. J’ai même discuté avec Olivier de La Tranché. Ont ne doit pas se fermer les yeux sur ces opportunités. Il est vrai que le secret n’est pas de recruter 500 personnes mais bel et bien de se concentrer sur ceux que l’ont recrute. Vous savez, en mars 2020, le Covid est arrivé et depuis, l’industrie du MLM a vécu un croissance de 35%. Aujourd’hui, les emplois sont sans garantie. Il est primordial d’avoir un plan B. Et croyez moi les amis, l’argent est sur le web. Quelqu’un qui n’a pas un plan B en tête avec le web en 2020 aura beaucoup de difficulté dans les années à venir. Mon conseil de professionnel, pensez-vite à un plan B car ont ne s’est pas ce qui nous attend :wink: