La genèse de l’entrepreneur 👼 (et sa descente aux enfers 👺)

Tsay quoi là… T’es dans ton hamac, concentré comme un pt’it jus de pomme oasis, obnubilé par une idée de business. T’as beau essayer de penser à autre chose, il n’y a rien à faire!

Tu penses aux impacts que ce projet-là pourrait avoir pour toi, ta famille, tes proches, ta communauté…

C’est l’idée de projet parfaite! Si parfaite, que tu es probablement LE SEUL à y avoir pensé. Après tout, une bonne idée comme ça, on laisse pas ça traîner!

Et en plus, ça ne serait même pas difficile à faire! Si personne ne l’a fait, c’est donc parce que personne n’y a pensé.

Tout ça te mène naturellement vers la conclusion que… Bah, t’es vraiment intelligent — of course.

Pour une personne normale, le shooter de dopamine provoqué par ton autostimulation cérébrale suffirait.

L’entrepreneuriat, c’est un peu comme la porn. Ce n’est pas parce que tu te taponnes en regardant [insère ton kink ici] que tu veux vraiment que ta vie tourne autour de ça.

Mais toi, t’es pas une personne normale… T’autostimuler sur des idées de domination mondiale, tu fais ça en te brossant les dents — no big deal!

Fini le fantasme. Tu es tanné d’imaginer, tu veux VIVRE.

Malgré tout, une petite partie de toi doute… Es-tu réellement capable?

La genèse de l’entrepreneur 👼

La genèse est une drôle d’histoire… Que tu croies qu’elle a été dictée par Dieu ou qu’elle est le résultat de tribus ayant joué au téléphone arabe sur quelques millénaires, on est forcés d’admettre qu’il s’agit d’une histoire dense qui encode beaucoup d’informations à travers ses symboles et métaphores.

Et là, je sais ce que tu te dis. « Oli, c’est quoi le rapport entre deux guerlots qui gambadent tout nus dans un jardin et moi qui veux me partir une business? Lâche l’acide! ».

Fair enough, mais je viens de terminer la 3e saison de Dark, alors j’ai des métaphores religieuses de pognées dans la tête depuis une semaine!

Donc, à tous les geeks de genèse, je tiens à m’excuser d’avance: je vais charcuter l’histoire, mais c’est pour me permettre d’en venir au point plus rapidement.

Au tout début, il n’y avait que deux humains: Adam et Ève. Ils étaient heureux, vivaient dans le moment présent et ne se posaient pas trop de questions.

Jusque-là, rien ne porte à croire qu’Adam s’imaginait secrètement ouvrir un stand de pommes pour réaliser un profit.

Un beau jour, alors que Ève explorait le jardin, elle tomba face à un prédateur typique et naturel de notre espèce — un serpent (appelons-le Bob). Ce dernier représente en quelque sorte la nature qui essaie constamment de nous tuer. La vie quoi!

Suite à son interaction avec Bob le serpent, Ève décide de manger une pomme.

On ne sait pas exactement quelle sorte, mais selon l’histoire, il ne s’agissait pas d’une Granny Smith, mais probablement plus d’une McIntoch ou encore d’une Honeycrisp.

On enseigne typiquement que la pomme symbolise la découverte de la conscience.

Conscience de quoi? Celle du temps. Du passé et du présent, mais encore plus important, du futur.

Ce n’est qu’en prenant conscience du futur qu’on réalise notre éventuelle mort, ce qui nous rend insécurs dans le présent face à notre vulnérabilité. D’où l’instinct de couvrir nos parties les plus fragiles.

(Entre toi et moi, ça doit pas être trippant de se faire mordre le pénis par Bob.)

Le « futur » est ce qui rend la notion de « sacrifice » possible. On s’empêche de manger tout le sac de Cheetos aujourd’hui pour éviter d’avoir à aller au gym demain. Quand un ami a besoin d’aide pour déménager, on va l’aider en sachant très bien qu’un jour, ce sera à notre tour.

Ceci étant dit, les animaux ont aussi une mémoire! Ils peuvent se rappeler un événement traumatique et certains singes peuvent même planifier des événements futurs.

C’est pourquoi la pomme représente non seulement la conscience, mais également la créativité et la naïveté.

Les humains sont non seulement les seuls qui peuvent inventer des histoires qui n’ont rien à voir avec la réalité… Mais ce sont également les seuls qui peuvent y croire!

On sait très bien que les super héros et les dictateurs intergalactiques n’existent pas, mais ça ne nous empêche pas de faire la file pour aller voir Tony Stark se battre contre Thanos!

Pour un fan de super héros, ces personnages sont aussi réels que les acteurs qui les incarnent.

Et la fiction ne s’arrête pas au divertissement. Qu’est-ce qui donne vie à une nation? La France, le Québec, la Chine… Il s’agit d’une invention humaine, non pas d’une réalité objective.

On ne les « découvre » pas de la même façon qu’on découvre une loi mathématique ou physique. On les crée à travers une mythologie de plus en plus complexe.

Ce n’est pas tout! C’est une chose de se laisser divertir par une bonne histoire, ça en est une autre de faire des sacrifices pour elle.

Que ce soit la France qui déploie son armée pour défendre la mère patrie, le Pape qui lance les croisades au nom de Dieu ou les Américains qui défendent la liberté et les droits humains, tous sont prêts à sacrifier des vies réelles au nom de fictions qui n’existent que dans nos esprits.

Cette capacité est également ce qui nous permet de nous organiser et de collaborer entre inconnus.

Je n’ai pas besoin de connaître la personne avec qui je fais affaire en Chine pour qu’elle me produise une batch de Amazing Blankets. La seule chose qui importe, c’est que tout le monde impliqué dans la transaction croit à la même fiction: la valeur du dollar américain.

Revenons maintenant à notre couple de nudistes.

Pour faire face à l’adversité de la vie (représentée par Bob le serpent), nos protagonistes ont développé une conscience du futur aussi réelle qu’hypothétiqueand that’s a big deal!

Comme le grand philosophe Ben Parker a toujours dit: « avec de grands pouvoirs viennent de grandes responsabilités. »

C’est pourquoi, quand Dieu surprend Adam et Ève en plein sugar high, les faces fourrées dans le fond du sac de McIntosh, il décide de les mettre à la porte du paradis. Il les condamne ainsi à passer le reste de leur vie à sacrifier le présent, non seulement pour survivre au futur, mais également au nom d’une utopie fictive: recréer le paradis sur terre.

La morale?

Imaginer un monde meilleur, partager cette vision aux autres et sacrifier dans le présent dans l’espoir de concrétiser cette vision, c’est notre raison d’être. On est faits pour ça!

En ce sens, il n’y a rien de plus humain que d’entreprendre…

Ce qui nous ramène à, enfin, toi, ton hamac et ton idée de génie.

Sa chute vers l’enfer 👺

Incapable de résister à l’appel de l’aventure, tu fais le premier pas. Toujours dans ton hamac, tu prends une décision solennelle: un jour, tu seras un grand entrepreneur!

Au même moment, une secousse sismique se fait ressentir. C’est étrange, mais tu n’en fais pas de cas. Comment pourrais-tu savoir qu’il s’agit en fait de Satan qui vient de s’étouffer de rire en buvant son café? Après tout, tu ignores encore que la route que doit prendre l’entrepreneur n’est pas vraiment une route, ni un chemin, ni un sentier… mais bien une littérale descente aux enfers!

Bref, tu commences à t’intéresser à l’entrepreneuriat. Tu googles des trucs aussi évidents que « Comment lancer une entreprise » et tu écoutes une tonne de podcasts sur le marketing. Tu te renseignes sur les plans d’affaires, les formes juridiques, et tu tentes de te faire des amis entrepreneurs dans des événements de réseautage.

À ce stade-ci, tu n’en as encore aucune idée, mais tu viens d’entrer dans le premier des cercles infernaux: les limbes.

Personnellement, j’appelle ça: « Jouer à l’entrepreneur ».

La plupart des gens y marinent quelques années avant de réellement se lancer (ou abandonner).

Bien sûr, tu es membre de La Tranchée, 😉 alors tu n’en as rien à faire des belles promesses vides et des plans d’affaires inutiles. Tu es une personne d’action — pas le temps de niaiser!

Ceux qui veulent devenir entrepreneurs pour des raisons d’égo ou de lifestyle vont souvent rester pris dans ces limbes à tout jamais. Ils se valorisent en s’inventant un titre de CEO alors qu’ils n’ont pas d’employés et donnent un nom ridiculement pompeux à leur entreprise comme: Oliver’s Limited Industrie Incorporated (même si c’est en fait une entreprise individuelle).

L’acronyme donne « OLI Inc. », parfait pour un logo monotype. En plus, avoir deux fois son nom dans celui de son entreprise? On ne peut pas mieux demander!

J’en ris, mais je parle par expérience. On passe tous par là!

À l’université, je m’habillais toujours avec une p’tite chemise et un pantalon propre. Je ne savais pas quoi faire pour être entrepreneur, mais au moins je savais de quoi je devais avoir l’air! (Ironiquement, je passe maintenant mes journées en pyjama.)

Je dis ça… Mais ça ne veut pas dire que c’est impossible de faire de l’argent, voire même de connaître un certain succès, tout en jouant à l’entrepreneur! Après tout, .01% des gens réussissent à bien vivre des MLM. Mais bon… j’assume que ce n’est pas ton objectif d’avoir du « succès » au sein d’une communauté toxique qui pousse des Ponzi Schemes. 🙄

Bref, après avoir mijoté assez longtemps dans l’univers des wantrepreneurs, quelque chose d’intéressant se passe…

Tu commences à comprendre un peu mieux le concept de valeur et d’innovation. Tu cesses d’imiter ce que tu crois qu’un entrepreneur devrait faire et tu commences à faire ton propre chemin.

Tu lances quelques projets et un d’entre eux finit par réussir. Tu célèbres enfin ta sortie officielle des limbes et tu peux maintenant réclamer le titre d’entrepreneur sans te sentir comme un imposteur.

Plus ça va, plus tes actions ont un impact, plus ton idée de ce que le monde pourrait avoir l’air grâce à toi devient claire et plus le futur te semble sans limites.

Éventuellement, cette vision devient si belle que c’est difficile de penser à autre chose.

C’est environ à ce moment-là que l’entrepreneuriat cesse d’être un jeu; au moment où tu tombes en amour avec le futur.

Si tu croyais être en enfer lors de ton passage aux limbes, accroche ta tuque! Tu viens de t’engager dans un tourbillon infernal impossible à ralentir. Une boucle sans fin où ton présent est constamment sacrifié au nom d’un avenir de plus en plus prometteur.

Tu te dis: « Une fois que j’aurai accompli X, alors j’aurai réussi. Je pourrai prendre une pause après! »

C’est un mensonge (et tu le sais), mais ce n’est pas important.

Chaque objectif que tu atteins est accompagné d’une promesse future encore plus belle et, comme Freddie Mercury devant une ligne de poudre dans un motel à 4h du matin, the show must go on.

Ce n’est même plus un choix… Plus ça va, plus ton identité s’entremêle avec ta vision du futur. Si tu abandonnes maintenant, que resterait-il de toi?

Mais ce n’est pas grave. Après tout, tu as de bonnes raisons! Le jeu en vaut la chandelle, qui ne tente rien n’a rien, no money no candy, pas de bras… pas de chocolat!

Right?!

🐍🍎 Sa rédemption 👹⚔

Une fois que tu réalises que tu t’es toi-même enfermé dans une toile d’ambition, il est déjà trop tard — impossible de faire marche arrière. Une fois en enfer, oublie la rédemption. La seule issue, droit devant, est gardée par nul autre que le diable en personne.

Un montre mi-serpent, mi-humain, qui flotte du haut de ses 9 pieds, supporté par de hideux tentacules musculaires.

Le combat est inévitable — ta défaite est inévitable.

C’est à cette étape, lors de ta confrontation avec le mal, que tu devras, toi aussi, faire le sacrifice ultime.

Tel un serpent qui se débarrasse de sa peau, tu devras sacrifier ton innocence. Tu vas devoir goûter au fruit interdit et porter le fardeau de la responsabilité. Tu devras exciser une partie de toi-même et de ton identité pour faire place à quelqu’un d’autre, de différent, de mieux. Quelqu’un capable de faire face à la bête, prendre sa vie en main et émerger des enfers triomphant.

C’est un sacrifice non seulement nécessaire et obligatoire, mais ça en est également un que tu feras avec plaisir.

Parce que des sacrifices, tu en fais tous les jours. C’est une nécessité de la vie. Trop souvent, ces sacrifices sont au nom de raisons stupides, inutiles ou même injustes. Celui-là, au moins, c’est toi qui l’a choisi — et il en vaut la peine.

Après tout, c’est pour faire de ta vie, et de celle de tous ceux avec qui tu la partages, un petit coin de paradis.

2020-08-15 10 minutes
11 0 12
Maitre suprême de La Tranchée: une école pour entrepreneur offrant communauté et cours en ligne. Le nom (La Tranchée) s’inspire de la Première Guerre mondiale. À cette époque, les soldats étaient conscrits et envoyés au front. Pour survivre, ces derniers trouvaient refuge dans les Tranchées. Pour vaincre, ils ont dû s'entraider et collaborer. La mission de La Tranchée est donc non seulement d’armer les PME, mais également de leur offrir le support et la motivation nécessaire pour continuer d’avancer — coute que coute!
3.08K Donné 6.37K Reçu 7.55K Sujets publiés 48.58K Sujets lues
Commentaires
Cathy_Noel
il y a 2 mois

Oh My Gosh, je me reconnais tellement dans ce parcours, je l’ai même répété plusieurs fois de A à Z. lol

Mylene
il y a 2 mois

Ho my god que j’ai ri un coup et tellement vrai aussi. C’est en plein comme ça que je me vois et me reconnais. Merci Olivier.

Carleric
il y a 2 mois

Je sais pas quoi dire sérieusement. Ça correspond trop à ce qui se passe dans ma tête en ce moment. Merci Olivier pour ce texte si motivant.

Michel_Parent
il y a 2 mois

Très intéressant! Ça m’est arrivé en septembre 2019, j’ai dû choisir entre STOP ou ENCORE. Le choix logique ou comptable c’était STOP. Mais j’ai choisi ENCORE.
C’est un peu comme si la pandémie avait commencé six mois plus tôt. J’ai baptisé l’année 2019-2020 mon année zéro. Quand je vois tout ce qui est arrivé au cours des derniers mois je me sens moins seul. Pour de nombreuses raisons, je suis content d’avoir pris la décision irrationnelle mais combien satisfaisante. Bon courage à toutes et tous qui sont en réflexion.

P.S. Lors d’un voyage en Amérique du Sud, le pape François aurait déclaré que l’histoire d’Adam et Ève serait la première la première fake news de l’histoire. :blush:

Lynda_Dugas1
il y a 2 mois

Wow! J’adore ta version de la Genèse. Hum! Je réalise que je suis encore dans les limbes. Il est est temps que je sorte de là. Merci

Helene2
il y a 2 mois

Super texte ! Je limbalise d’un limbe à l’autre, pour ne pas dire 13 à la douzaine par demie journée. L’idée suivante est toujours meilleure que l’autre et ça tourne et ça tourne et rien ne se fait

Olivier_Lambert
il y a 2 mois

:innocent::innocent: Je suis vraiment content que vous ayez aimé l’article! Ça m’a pris genre… 3 jours l’écrire! :joy:

Au début, c’était une intro pour un post que je veux faire pour vous partager ma vision pour les prochaines année, mais finalement j’ai décidé de me laisser emporter!!

L’autre article devrait venir plus tard cette semaine! :slight_smile:

nathalie.begin
il y a 2 mois

« Crime, j’me d’mandais ben j’étais où depuis un boutte :thinking:… Les limbes calvaire, j’suis din limbes! :hushed::grimacing: Tsé, le boutte sur ton gps que ton char semble rouler dans l’champs pcq y’ont complètement changé l’autoroute pis que la mise à jour est même pas dispo… Ben cé ça! :woman_facepalming:t2: Tu sais « à peu près » t’es où mais pas encore sûr si tu vas t’rendre à destination d’la première shut! » Super texte! J’ai adoré la version 2.0 de la Génèse :hot_pepper::snake: (pssst, j’ai changé la pomme pour un piment fort, dis-le pas à Ève ça va passer su’ l’dos à Adam) :joy:

Olivier_Lambert
il y a 2 mois

Hahahahaha! Très drôle ton commentaire @nathalie.begin!

Ça me fait penser à un titre de leadmagnet qu’on pourrait faire pour La Tranchée: le GPS entrepreneurial! :open_mouth:

Et j’avoue qu’un p’tit halabeno aurait mis du piquant dans l’histoire! :wink: … Un peu moins nutritif par contre :laughing: :stuck_out_tongue:

nathalie.begin
il y a 2 mois

Bonne idée @Olivier_Lambert
Bien contente que tu aies aimé ma p’tite joke :wink:

Adham_Sersour
il y a 2 mois

L’introduction à l’article est magnifique :medal_sports:

OC_NoirEtBois_MD
il y a 2 mois

c’est teeeeeeellement vrai !!!