LES BUNKERS

Comment survivre à 2022 et sauver l’humanité?

C’est le Nouvel An. Yay.

Hier, je me suis couché en tabarnak. Ce matin, je me suis levé en criss.

J’aimerais te dire que “tout va bien aller” 🌈, mais la réalité est qu’à moins de prendre les choses en main et de les FORCER à aller mieux — non, ça ne va pas “bien” aller.

Tu connais l’adage: les temps difficiles créent des entrepreneurs, les entrepreneurs créent des temps faciles, les temps faciles créent des fonctionnaires, les fonctionnaires créent des temps difficiles.

Malheureusement, je pense qu’il faut y faire face: les temps faciles sont derrière nous.

Comment est-ce qu’on s’est rendu jusqu’ici? Au début des années 70, on croyait que la technologie allait nous permettre de conquérir l’espace et vivre jusqu’à 500 ans dans des colonies utopiques.

La promesse était que la technologie allait régler tous nos problèmes.

Aujourd’hui, on fait face à la menace des identités numériques centralisées contrôlée par des fonctionnaires qui vont permettre aux banques centrales de créer des monnaies numériques permettant à une poignée de gens non élue de tout connaître sur nos vies.

Les CBDC (Central Bank Digital Currencies) vont permettre un niveau de censure et de contrôle jamais vu par le passé. Tout savoir, tout contrôler — le wet dream de n’importe quel super-vilain.

Right now, j’ai vraiment l’impression d’être un weirdo tout droit sorti d’une convention d’homme-lézard. La réalité est devenue pire que la fiction et on est sensé ignorer les signes et prétendre que tout est normal sous peine de se faire mettre l’étiquette de “complotiste”.

Étiquette qui vient également avec celle de “raciste” et “mysogine”. 🤦‍♂️

Si la technologie a le pouvoir de régler tous nos problèmes, pourquoi est-ce que le “mood social” est si pessimiste? En fait, on devrait sauter de joie face à toutes les innovations incroyables qui sort de nos labos chaque semaine!

Le problème est simple: les solutions viennent avec un dilemme politique. (J’utilise le terme dans son sens original: “qui concerne la population”. Rien à voir avec gauche vs droite.)

Si on PEUT régler un problème, ça implique qu’on a une obligation morale de le faire. Ceci étant dit, QUI décide ce qui constitue un problème?

Certains croient que la terre est surpeuplée. Est-ce un problème?

Pour être certain qu’on se comprenne, je suis de l’avis contraire. Mais si tu crois réellement que la terre est surpeuplée, quelles “solutions” es-tu prêt à mettre en place pour “régler le problème”?

Pas besoin d’être très créatif pour voir les horreurs que ce genre de “solutions” pourrait causer.

Mais il n’y a pas que ça, plus la technologie avance, plus on peut régler de problèmes différents. Ce qui veut dire qu’on ne peut pas TOUT régler et qu’on doit faire des choix. Ceci étant dit, QUI décide des problèmes on doit régler en premier?

Les fonctionnaires? Les “journalistes”? Les “experts”? Justin Trudeau? Greta Thunberg? Klaus Shwab?

Je ne sais pas pour toi, mais je suis à sec de confiance.

Je suis assez vieux pour me rappeler de:

  • 2003: La guerre en Irak déclenché sous prétexte qu’ils avaient des armes de destructions massives. (Un mensonge)
  • 2008: La crise financière où le gouvernement a sauvé les banques, mais a laissé monsieur/madame tout le monde faire faillite.
  • 2010: Julien Assange nous a montré que le président américain favori de tous les Canadiens bombardait allègrement des écoles en Irak.
  • 2014: Edward Snowden nous a ouvert les yeux sur la surveillance gouvernementale illégale. Quand ils se sont fait prendre, ils ont simplement créé de nouvelles lois pour légaliser la pratique et personne n’a été en prison.
  • 2019: Les manifestations Black Lives Matters où on pouvait voir un reporteur annoncer que les manifestations étaient paisibles, mais enflammées!

Il y a une tonne d’exemples que je pourrais donner, mais je préfère m’en laisser à ceux qui sont évidents et non partisans.

Si tu veux, va dans les commentaires de l’article et partage un événement où tu as senti ta confiance se faire trahir par une figure d’autorité. Je pense qu’on est capable de faire un petit répertoire intéressant. 😉

Bref, je pense que je ne suis pas le seul à avoir un petit problème de confiance avec les politiciens, fonctionnaires, mégacorporations, universités et médias.

Et ce “petit problème de confiance” devient assez gênant lorsque ces derniers tentent d’imposer leurs “solutions” aux “problèmes” qu’ils jugent importants.

Oui, la technologie peut régler tous nos problèmes. Et, right now, on a un problème de confiance.

Au diable la confiance!

Et si c’était possible de créer des systèmes où la confiance n’était pas nécessaire? Un système où des antagonistes peuvent collaborer sans avoir à douter de l’intégrité de l’autre?

Ce genre de technologie existe déjà. Tu en entends parler depuis quelques années déjà et probablement que tu penses qu’il ne s’agit que d’une bulle spéculative.

Cette technologie, c’est le blockchain.

Yep, la même tech qui permet de vendre des roches numériques contre de l’argent magique permet également de rendre tout système basée sur la confiance complètement obsolète.

Je détesterais faire un article du Nouvel An qui se termine sans offrir d’espoir alors je vais te laisser là dessus…

Mon style de musique favori est le SynthWave.

La raison est simple, cette musique est une interprétation moderne d’une époque où on avait encore foi en la technologie. Ce style de musique capture l’optimisme naïf des années 70 qu’on aurait tant besoin de retrouver aujourd’hui.

Je pense que cette musique encapsule comment je me sens face à la “crypto”. Si ce n’était pas de Bitcoin, du DeFi et des DAO, je ferais probablement une dépression.

Sur le blockchain, le code agis comme une charte des droits et libertés, mais à la place d’être protégé par la menace de violence d’un gouvernement, elle est imposée par le consensus du réseau, la cryptographie et les lois thermodynamiques.

À cause de l’inviolabilité des règles, toute “partie tierce” devient inutile.

C’est une innovation qui change fondamentalement le rôle de la gouvernance, des banques, de l’assurance, des marketplaces, de la certification, de l’identité numérique et de la propriété des données…

Le conflit actuel n’en est pas un des anti-piqûres contre les anti-anti-piqûres, ça en est un de la centralisation contre la décentralisation.

Je ne suis pas en train de dire qu’on doit tout mettre sur le blockchain ou même qu’on doive accepter de se faire payer en Chihuahua Coin (mon meme-coin de choix).

Par contre, si on veut un jour retrouver des temps faciles, les entrepreneurs doivent se concentrer sur une chose: la décentralisation.

Jusqu’à aujourd’hui, pour innover, le mot d’ordre des entrepreneurs ont été d’utiliser la technologie pour retirer les “inneficacités” du marché. En 2022, pour innover, il faut retirer la confiance du marché.

C’est un nouveau paradigme et ça peut être difficile d’immaginer à quoi ça peut ressembler.

Je suis en train de travailler sur un article où j’explique comment je vais appliquer ces principes à La Tranchée. Si ça t’intéresse, stay tuned! Je devrais publier ça dans les prochaines semaines.

Sur ce, j’espère que tu as apprécié ce petit article spontané du Nouvel An. N’oublie pas de commenter avec ton moment “ah-ha!” où tu as arrêté de faire confiance à nos institutions.

Tu as aimé cet article? Tu aimerais être informé des futures publications? Abonne-toi par courriel!

Sur le blogue