12 trucs simples pour drastiquement améliorer le son de ton podcast!

12 trucs simples pour drastiquement améliorer le son de ton podcast!

Tu n’oses pas faire écouter ce que tu as enregistré ? Les bruits de fond sont insoutenables ? Tu ne supportes pas ta voix ? Tu trouves qu’elle sonne amateur ? Tu es convaincu qu’elle fait fuir tes auditeurs ?

Si tu veux retenir ton audience tu dois avoir une qualité audio optimale, être compréhensible. On doit pouvoir t’écouter en milieu bruyant, en voiture ou dans les transports avec un casque audio. C’est pourquoi je vais t’aider avec quelques techniques d’enregistrement professionnel, des conseils simples, applicables et concrets.

Si tu souhaites réaliser un podcast dans de bonnes conditions techniques pour te concentrer uniquement sur ton contenu. Et si tu désires mettre toutes tes chances pour garder ton auditoire à l’écoute ! Si tu souhaites te lancer dans la belle aventure du podcast ou du contenu audio voici mes 12 trucs à appliquer pour sonner pro.

Truc #1 : Adopte une attitude d’Orateur

Tu remarqueras comme on retient plus l’attention quand on est un bon orateur.

La première chose à faire est de s’habituer à prendre la parole et à s’écouter. La chance que tu as, c’est que bien parler, si tu ne l’as pas naturellement ça se travaille. L’attitude à adopter face au microphone, l’articulation, le débit de parole, je dirais qu’avant la technique c’est le plus important.

Il n’est pas facile de s’entendre de l’extérieur quand on n’a pas l’habitude, presque personne n’aime sa voix enregistrée. Il est donc important que tu gardes ça en tête, non tu n’as pas une voix de chiotte, non elle n’est pas bizarre, ta voix est la même que d’habitude. Il faut juste en avoir conscience et apprendre à la maîtriser en t’enregistrant et en te réécoutant.

Il est très difficile d’avoir une aisance orale en public ou en milieu technique, c’est pourquoi plus les conditions techniques seront au point plus il sera facile de les oublier. Essaie de ne pas focaliser sur le micro, ne reste pas figé, tu peux faire des écarts modérés sans problème.

Pour aider à projeter ta voix, à avoir la bonne énergie, je te conseille d’adopter une posture droite, et de parler à volume de conversation, il ne sert à rien de brailler dans le micro.

Truc #2 : Applique-toi sur la prise de son. Optimise l’espace acoustique

Avant de sortir l’artillerie lourde et ton armée de plug-ins VST pour triturer le son dans tous les sens. Le plus important et le plus facile à faire est de s’appliquer sur la prise de son. Je ne le dirai jamais assez, on ne fait pas d’une patate une orange.

Le plus simple est donc d’être dans un endroit avec une acoustique raisonnable, évite ta salle de bains ça va de soi ! Un léger traitement acoustique avec quelques panneaux absorbants spécialement conçus pour l’intelligibilité de la parole peut considérablement augmenter la qualité de la prise de son de voix.

Éloigne-toi des sources sonores indésirables, machine à laver, frigo, lave-vaisselle, bruit de rue, ventilo d’ordinateur trop bruyant ou opte pour un ordinateur à refroidissement passif. Les pollutions sonores sont nombreuses fuis-les, tu auras moins de travail à faire en post-production et tu auras un meilleur résultat.

Surtout, évite de faire saturer la prise de son. Si tu enregistres à volume trop élevé le signal peut saturer, être écrêté et c’est irrémédiable. Il faut enregistrer avec une marge de dynamique d’environ -6 dB, tu pourras remonter le son par la suite.

Forme d'onde Cubase

Ta courbe devrait ressembler à celle du haut.
Si elle ressemble à celle du bas tu as saturé ta prise de son, tu n’as plus qu’à recommencer.

Si ta prise de son sature baisse simplement le gain (volume) du microphone.

Avec un son propre et une bonne réserve de dynamique à la prise de son, tu auras déjà une base de travail confortable.

Truc #3 : Utilise le bon micro

Pour minimiser l’impact de l’effet de la pièce, sa réverbération, ses mauvais échos, rien ne sert d’avoir le plus beau microphone de studio à 5000 balles. Parce que celui-là prendra tout, le bon comme le mauvais. Il sera donc plus judicieux de partir sur un micro de type dynamique, de type “Radio”. Il atténuera le son de la pièce et bruits environnants, car moins sensible, il  prendra surtout la proximité donc ta voix. Et c’est bien cela qui nous intéresse.

Un bon microphone adapté te fera gagner beaucoup de temps sur la post-production évitera certains traitements audio de correction, son choix est donc primordial.

À quelle distance du micro dois-je parler ?

Tu peux parler à une distance de 5 cm à 15 cm. Plus tu te rapprocheras plus il y aura ce que l’on appelle un effet de proximité qui aura pour effet d’accentuer les basses fréquences. Ça peut paraître flatteur mais n’en abuse pas trop !

Le microphone USB pour la simplicité

Si tu ne souhaites pas t’embêter avec la technique, et t’encombrer financièrement avec l’achat d’une carte son, tu peux opter pour un microphone de Podcast USB, il fera office d’interface audio et de microphone.

Le Rode NT-USB est équipé d’un réglage de gain (volume) du microphone, d’une sortie casque mini-jack et d’un réglage de volume pour le casque. Il est fourni avec filtre anti-pop, pour diminuer les plosives de la voix, les bruits de P. Et un petit trépied, mais je te conseille d’investir dans un vrai pied de micro beaucoup plus stable et réglable à ta hauteur.

Sur le même principe mais un peu plus sérieux, il y a le Rode Podcaster. Le réglage du gain du microphone quant à lui s’effectuera dans les paramètres de ton Mac ou Windows.

Le Shure MV 7 micro hybride USB et XLR inspiré de son grand frère le SM7B (cf plus bas) spécialement étudié pour l’optimisation de la voix parlée en podcast. Il est équipé d’une suspension interne pour diminuer les bruits de manipulation, et doté d’un pavé tactile pour le réglage du gain du micro et du volume du casque. Shure innove avec une fonction de réglage automatique du niveau de voix, pour les débutants ou les personnes qui souhaitent gagner du temps en post-production.

Quelques autres fonctions ont été ajoutées au microphone via une application qui permet de gérer un égaliseur, un compresseur et un limiteur. Shure souhaite donc proposer une solution qui évite le traitement en post-production. Ce n’est pas une mauvaise idée pour ce genre d’application, seulement tu auras moins de souplesse en aval, une compression trop poussée ne pourra pas s’enlever donc attention aux réglages extrêmes. 

Le microphone peut être utilisé comme un micro dynamique classique XLR si tu le souhaites.

Le microphone XLR, le format pro

Pour de meilleurs résultats et un meilleur contrôle, dans le monde professionnel nous utilisons des microphones avec connectique 3 broches XLR. Le micro devra être branché à une interface audio, qui sera elle-même branchée à l’ordinateur.

Voici 3 microphones selon ton budget

  • Le Rode PodMic qui est équipé d’un filtre anti-pop interne.
  • Le Rode Procaster qui est équipé d’un filtre anti-pop interne, blindé contre les parasites électromagnétiques et les parasites engendrés par les hautes fréquences. Le son sera plus défini et plus propre.
  • Et la star des micros de radio qui a contribué au son “radio” de voix parlée, très utilisé en studio pro aussi, il a largement fait ses preuves. Je devais citer le Shure SM7 B. Il est également blindé contre les parasites et fourni avec sa bonnette anti-pop interchangeable. Il est équipé d’un filtre coupe bas (on en reparle plus bas) pour un meilleur rendu des voix.

Les indispensables pour microphone

Dans ta panoplie du parfait blogueur podcasteur tu auras besoin de quelques accessoires. Parce que le microphone a beau être le meilleur, il n’est rien sans son câble XLR. Tu auras aussi besoin d’un support pour microphone type pied au sol ou support bureau.

Les modèles Rode Procaster ou Podcaster peuvent être complétés avec une suspension élastique, pour diminuer encore les bruits parasites de manipulation ou de transmission du support au micro. Et d’une bonnette anti-pop pour éliminer les plosives plus efficacement.

Truc #4 : Branche ton micro dans une interface audio

L’interface audio va être le lien entre ton microphone, ton retour casque et l’ordinateur. Il va te permettre de brancher le microphone, le casque et une paire d’enceintes au besoin. L’interface audio, quant à elle se branche pour la plupart du temps en USB à ton ordinateur.

La carte son fait donc office de préampli micro, on pourra régler le gain du microphone. De préampli casque, on pourra régler le volume du casque. De contrôle de monitoring, pour régler le volume des enceintes. Et de convertisseur Analogique Numérique et Numérique Analogique pour convertir le signal audio en enregistrement et en lecture.

Configuration type podcast

Quelle interface audio est adaptée à tes besoins ?

Le choix se fera donc selon tes besoins, si tu veux faire un podcast seul ou avec des invités.

Si tu es seul, tu auras besoin d’une carte son avec une entrée microphone et une sortie casque la petite Focusrite Scarlett Solo fera très bien l’affaire !

Si tu fais des interviews ou si tu as un invité, il te faudra 2 entrées microphone et deux sorties casque pour ça la Native Instruments Komplete Audio 6 sera parfaite. Elle est également équipée de VU-mètre pour contrôler le volume d’enregistrement.

Pour les besoins plus gros et/ou nomades, la Rode Rodecaster Pro est parfaite. C’est un vrai petit studio embarqué qui permet de brancher 4 microphones, 4 casques. L’interface a l’avantage de pouvoir se passer d’ordinateur en enregistrant directement sur une carte micro SD. Elle est équipée de faders pour le réglage des volumes, de VU-mètre pour contrôler les volumes d’enregistrement de PAD pour envoyer des jingles, et d’effets de traitement audio.

Truc #5 : Vends ce casque cheap qu’on t’a offert

Pour faire du podcast, je te conseille d’utiliser un retour au casque, tu seras ainsi plus proche de ce que tes auditeurs entendent, du rendu de ta voix dans le micro. Il va te permettre d’adopter la bonne attitude face au microphone. 

Je te conseille d’opter pour un casque confortable, et de type fermé pour éviter que le micro ne reprenne le son du casque, ce que l’on appelle la repisse. Je te donne deux références selon ton budget. 

L’Audio-Technica ATH-M30 X qui fera le job ou une référence pro de studio le Beyerdynamic DT-770 Pro 32 Ohms.

Truc #6 : Travaille dans de bonnes conditions avec des enceintes de monitoring

Les enceintes de monitoring ne sont pas obligatoires en podcast. Elles seront cependant plus adaptées au travail de montage et de traitement audio que le casque, et moins fatigantes à longue écoute. Cette petite paire d’enceintes amplifiées sera suffisante pour une application Podcast. Elles se branchent en Jack à la sortie monitor ou stéréo out de ta carte son. Tes oreilles te diront merci.

Truc #7 : Fais comme les pros. Retouche ton fichier audio

Pour l’édition et le traitement audio, je te conseille Cubase Elements qui sera amplement suffisant pour du podcast. J’utilise la version Pro dans mon studio d’enregistrement, si tu as besoin de conseil n’hésite pas à me contacter.

Si ton budget est plus serré tu peux obtenir gratuitement Cakewalk qui est déjà un super outil de travail.

Dans la configuration de ton projet pour ce qui est du format d’enregistrement choisis 16 bit 44,1 Khz en WAV. C’est le format du CD, c’est largement suffisant pour faire du podcast audio.

Pour le montage audio, s’il te plaît ne coupe pas toutes les respirations ou tous les blancs, laisse de l’air, laisse le naturel de la voix parlée. Une voix trop ciselée est désagréable à écouter.

Les plug-ins d’effets VST

Les logiciels audio sont fournis avec toute une panoplie de plug-ins VST. Ce sont des effets qui te permettent d’appliquer un traitement sur une piste audio afin d’en améliorer la qualité.

Pour un podcast on aura besoin d’intelligibilité sur la voix. On va utiliser l’égalisation pour filtrer, la compression pour gérer la dynamique, éventuellement un déesseur, un peu de nettoyage, un limiteur pour avoir le bon volume et c’est tout rien de plus.

Utilise les effets dans cet ordre :

  1. Égalisation
  2. Compression
  3. Déesseur
  4. Denoiser
  5. Limiteur

Truc #8 : Une pointe d’égalisation pour nettoyer et booster

Le plus facile et le plus important est de filtrer les basses fréquences. Il faut appliquer un filtre passe-haut ou coupe-bas, c’est la même chose à 80 Hz, tout ce qui sera en dessous ne sert à rien sur la voix ce n’est que de la pollution sonore qui trouble le signal, bruit du réseau électrique, vrombissement de ventilation…

Configuration de voix Cubase
Filtre passe-haut sur Cubase

Tu peux éventuellement mettre un petit boost entre 2 kHz et 5 kHz de 2 dB à 3 dB pour avoir un peu plus de présence, de clarté sur la voix s’il en manque. Mais cela va dépendre de la voix et du microphone. À expérimenter et à écouter, mais attention de ne pas faire devenir la voix agressive. Si tu ne sens pas ce que tu fais mieux vaut s’abstenir.

Tous les logiciels audio sont équipés d’EQ capable de faire ceci, il n’y aura pas besoin de plugin tierce.

Truc#9 : De la compression pour avoir un volume constant

Le compresseur en audio est l’un des outils les plus puissants, mais aussi les plus difficiles à appréhender. Il va permettre de gérer les excès de dynamique, dans le cas d’un podcast d’éviter que le niveau de la voix ne varie trop. C’est très important surtout pour l’écoute en milieu bruyant, voiture, transport en commun au casque…

Les logiciels dont je t’ai parlé plus haut sont équipés de compresseurs. Mais je te conseille d’acquérir ce petit plugin de compression adapté à la voix qui est d’une facilité déconcertante à utiliser.

De plus le plugin est équipé d’un noise gate très subtil qui va baisser le niveau de l’enregistrement quand tu ne parles pas, et ainsi baisser les bruits de bouche tout en restant naturel, ou lors d’une conversation ne pas polluer la parole de ton interlocuteur.

Waves Renaissance Vox compresseur gate

Deux boutons à régler : un pour le niveau de compression plus tu l’abaisses plus le son sera compressé, donc moins il y aura de variation de volume. Entre -6 et -10 c’est déjà une bonne compression selon le volume d’enregistrement, à régler à l’oreille ! Le deuxième bouton est le niveau du gate, qui est le seuil pour lequel tu souhaites que le volume de la voix diminue. Le gain tu le laisses à 0. Et le tour est joué !

Truc #10 : Un déesseur pour ne pas percer les tympans de tes auditeurs

Quand on compresse la voix des sifflantes peuvent apparaître et agresser l’oreille, c’est vraiment désagréable. Pour pallier ce problème, Cubase est doté d’un déesseur, à régler avec douceur. Le son de la voix doit rester naturel, il faut trouver le bon compromis.

En plugin VST tierce il y a le Waves Renaissance DeEsser qui fonctionne très bien, c’est celui que j’utilise sur le chant en studio.

Le déesseur n’est à utiliser qu’en cas de problème.

Waves Renaissance DeEsser

Truc #11 : Le Denoiser pour avoir un son clean

Normalement tu ne devrais pas l’utiliser. Mais si tu n’as pas d’autres choix que de bosser en milieu “bruyant” avec une acoustique pas très clean, et des interférences ça peut toujours rattraper le coup. Le Denoiser est là pour enlever les bruits parasites, et il enlèvera forcément quelque chose sur ta voix, même si tu ne t’en rends pas compte.

Comme Denoiser je te conseille le Waves NS1 Noise Suppressor, un seul bouton à régler pour gérer le niveau de suppression du bruit.

Waves NS1 Noise Suppressor Denoiser

Truc #12 : Le limiteur pour sonner au bon volume

Le limiteur est une forme de compression extrême, je ne vais pas entrer dans les détails. Dans ton cas il va te permettre de remonter le niveau général du son en évitant toutes saturations.

Pour ce faire tu vas appliquer un limiteur à la piste master de ton logiciel audio.

Limiteur Cubase

Sous Cubase tu vas augmenter le bouton Input jusqu’à que le signal d’entrée à gauche vienne taper doucement de temps en temps le 0.0 dB. Et tu laisses l’Output sur 0.0 dB. Tu auras ainsi un volume d’écoute raisonnable et confortable.

Ce qu’il faut retenir

  1. Adopte une attitude d’orateur.
  2. Choisis bien ton emplacement de prise de son, optimise ton acoustique.
  3. Choisis un microphone adapté.
  4. Utilise un bon casque.
  5. Branche le tout dans ton interface audio.
  6. Applique quelques traitements simples et le tour est joué.

Conclusion

J’espère t’avoir aidé pour monter et utiliser ton petit studio de Podcast. Si tu appliques ces conseils tu feras mieux que la plupart des podcasteurs. Je te laisse la liste du matériel dont je t’ai parlé dans cet article. Bon podcast au plaisir de t’écouter !

3 0 1
2021-03-07 16 minutes
3 0 1
2021-03-07 16 minutes

Je m’appelle Mikaël Birraux,
J’ai formé mon groupe de Rock, Piège à Rêves en 2000, et depuis la passion de la musique et du son ne m’a jamais quitté ! Je suis chanteur guitariste et technicien son depuis le début de notre formidable aventure. Dans un souci d’indépendance nous avons tout de suite monté notre studio d’enregistrement. Aujourd’hui j’enregistre et mix de la musique de tous horizons, je suis ouvert à tous styles. J’aide les gens qui comme moi ont débuté avec rien à acquérir une certaine indépendance pour que vive la musique.

https://www.piegeareves.fr/studio/

9 Donné 15 Reçu 35 Sujets publiés 1.03K Sujets lues
Commentaires
mikael.birraux
il y a 3 mois

Merci Olivier,
C’est un plaisir !