Les 3 choses que Google aime voir dans vos articles

Bien sûr, les réseaux sociaux, la publicité et les sites référents vont t’apporter du trafic. Mais Google est le seul qui va t’apporter une quantité considérable de visiteurs de manière récurrente.

La semaine dernière, je t’ai présenté sommairement les facteurs qui vont avoir un impact sur ton ranking Google dans cet article: SEO pour les nuls. Cette semaine, je vais m’attarder plus en profondeur sur un de ces facteurs et je nomme: le contenu de qualité.

L’idée derrière la rédaction de contenu de qualité est fort simple: le contenu de pauvre qualité ne sera jamais (du moins pour longtemps) dans le top 10 de Google.

Alors, ça rime en quoi du contenu de qualité pour Google? Lis ce qui suit, je te décris ce que Google veut voir dans tes articles.

1. Créer du contenu pour tes visiteurs

Tu dois créer du contenu que les visiteurs VEULENT obtenir, qu’ils veulent lire et non dans le but de plaire aux moteurs de recherche.

Cette étape est importante parce que ça va influencer comment Google te perçoit.

Si tu crées des pages juste pour plaire à Google et obtenir un bon ranking, tu ne feras pas long feu.

Ça veut dire quoi «juste pour plaire à Google»?

C’est que des gens tentent de manipuler leur ranking en utilisant des méthodes qui marchaient autrefois. Essayer de plaire à l’algorithme plutôt qu’aux gens est une vieille tactique qui ne fonctionne plus.

Par exemple, cacher des mots clés (texte en blanc sur un fond blanc) dans une page, placer le plus de mots-clés possible dans les paragraphes en dépit de l’expérience client, copier le contenu d’autres sites…

Mets tes efforts à créer du contenu que ton audience veut voir, lire et interagir avec. Tu veux viser le top 10, c’est-à-dire la première page de Google. Regarde les résultats pour une requête de recherche sur laquelle tu veux te positionner et demande-toi: comment est-ce que tu peux te démarquer de la compétition? Comment est-ce que ta page pourrait être meilleure? Plus engageante? Différente? Apporter de la valeur?

Petit truc pour savoir si Google va aimer ce que tu fais. Pose-toi cette question: est-ce que je ferais cette action si les moteurs de recherche n’existaient pas?

2. Choisir tes mots-clés

Je mets permet d’emprunter la citation d’Olivier: «Faire du SEO sans recherche de mots clés, c’est faire du jogging les yeux fermés».

Tu ne devrais jamais rédiger un article de blogue sans avoir fait une recherche de mots-clés préalablement.

Pour rédiger du contenu Google Friendly, tu peux simplement faire une recherche Google et regarder les recherches associées.

Les recherches associées ressemblent à ceci:

Juste avec ça, je sais que ces sujets sont recherchés: bienfaits, coût, avantages et inconvénients, première expérience.

Pour trouver des mots-clés pertinents à tes sujets, tu as plusieurs options: tu peux utiliser le KwFinder (payant), le Keyword Planner, un outil gratuit de Google ou encore SEOquake (gratuit).

Dans le cas du KwFinder ou du Keyword Planner, ça va te permettre de connaitre le trafic associé à chaque mot-clé pour une région ou une langue que tu auras déterminé. J’en parle dans une formation gratuite pour les membres de La Tranchée.

Pour SEOquake + Google, voici comment procéder:

1- Télécharger l’extension SEOquake sur ton navigateur. C’est gratuit.

2- Va sur Google, recherche l’expression sur laquelle tu veux te positionner

3- Visite chacune des pages dans le top 10 à leur tour et pour chacune d’entres elles, clique sur l’extension SEOquake et sélectionne: «INFOS DE LA PAGE»

4- Ça va te donner la densité des mots clés. Ce n’est pas la densité qui nous intéresse, mais plutôt quels sont les mots importants.

En faisant cette recherche pour les 10 premiers résultats de recherche, tu devrais en arriver à une liste à inclure dans ton propre contenu.

Maintenant, comment utiliser ces mots clés de façon intelligente dans ton texte?

La vieille méthode consistait à insérer les mots-clés le plus souvent possibles dans ton texte, même si ça modifiait le sens des phrases et que ça se lisait extrêmement mal. Ça marchait bien il y a plusieurs années, mais aujourd’hui, c’est NON. En anglais, ça s’appelle du «keyword stuffing».

Et Google déteste ça. Il n’hésitera pas à pénaliser les sites qui utilisent cette méthode. Pourquoi?

Parce que, comme tu l’as appris dans le point 1, tu dois créer tes pages pour tes utilisateurs, et non pour Google.

Maintenant, tu sais comment trouver ton sujet, avoir un vocabulaire adapté à ta niche et que tu dois composer naturellement. Laisse-moi t’introduis au dernier facteur pour avoir du contenu qui rank bien côté SEO: les balises (tag en anglais).

3. Utiliser les balises

Les balises sont généralement utilisées pour classer le contenu d’une manière qui est utile pour le lecteur et facile à comprendre pour les moteurs de recherche. Ils sont importants à la fois pour le référencement et la convivialité.

Titre

Ta balise titre est celle qui aura le plus d’impact en termes de SEO.

C’est aussi vital pour persuader les chercheurs de cliquer sur ton lien. Dans ton code source, ta balise titre va entre <title>Ton titre</title>.

Dans WordPress, c’est ce qui va ici:

Il faut donc t’assurer d’avoir le ou les mots clés importants dans cette balise, sans faire du keyword stuffing. Il est conseillé, quand c’est possible, de mettre ton mot clé le plus important au début du titre.

La balise titre doit avoir 2 objectifs: attirer l’attention du chercheur pour qu’il clique et dire à Google quel est le sujet de ta page.

Ton titre devrait idéalement avoir 67 caractères ou moins.

Les titres de toutes tes pages devraient être uniques. N’utilise jamais le même titre sur 2 pages différentes.

Tu peux toujours améliorer ton titre pour avoir un meilleur CTR (tu peux le voir dans Google Analytics). Ton titre et ta méta description sont les deux variables sur lesquelles tu as le plus de contrôle pour avoir un meilleur CTR sur Google.

Meta description

La meta description, c’est la petite phrase en gris pâle sous l’url du site web qui apparait dans les résultats de recherche.

La meta description n’est pas aussi importante que le titre, mais tu devrais quand même t’en soucier et écrire une meta unique, intéressante et descriptive pour chacune de tes pages.

Si ta meta comprend les mots-clés recherchés sur Google, les chances que tu sortes dans les résultats augmentent.

C’est possible que Google remplace ta meta par un petit bout de texte trouvé sur ta page parce que ce dernier répond à la requête de recherche.

Une bonne stratégie est de créer un titre et une meta description qui se complètent, sans nécessairement dupliquer les mots importants. Tu veux qu’ils travaillent ensemble pour inciter la personne à cliquer. Ensemble, ils devraient couvrir le thème et les mots clés reliés à l’article/la page.

Sur WordPress, tu peux télécharger le plug-in Yoast SEO pour modifier facilement la meta description de tes pages. Par défaut, il prend les premiers mots de ton article pour créer ta meta.

Meta keyword

Il y a quelques années, les moteurs de recherche utilisaient les Meta Keyword comme facteur influençant le ranking d’une page. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas.

Certains experts SEO pensent même que c’est une manière pour Google de cibler les spammers qui font du keyword stuffing dans cette balise et de les pénaliser.

Donc, ne perds pas ton temps avec les Meta keyword.

Headlines

Les headlines, ce sont les titres de différentes grosseurs que tu peux inclure dans tes pages.

Dans WordPress, tes titres ressemblent à ceci:

Le Titre 1 c’est le titre principal de ton article. C’est celui qui importe le plus pour les moteurs de recherche. Sur WordPress, ne l’utilise pas dans ton article. C’est ton titre au haut de l’article que tu as écrit dans «Saisissez votre titre ici».

Le Titre 2 devrait être utilisé pour tes sous-titres et ton Titre 3 pour diviser en section ton Titre 2.

Pas besoin d’aller plus loin. Ce n’est pas nécessaire d’utiliser les Titre 4 à Titre 6. Déjà, le Titre 2 et le Titre 3 un peu d’effet sur le ranking, donc ne te casse pas trop la cervelle à essayer d’y insérer des mots-clés, à moins que ça fasse du sens.

Images

Quand tu ajoutes une image dans une page, le code source (dans sa forme la plus simple) ressemble à ceci:

<img src= »URL DE L’IMAGE » alt=TEXTE ALTERNATIF »/>

L’url de l’image dans ce code est l’adresse url de ton image, qui elle, inclut le nom de ton fichier.

Ex: https://www.latranchee.com/wp-content/uploads/2017/11/perte-de-temps2.jpg

Dans cet exemple, le nom du fichier était perte-de-temps2.jpg.

Comme Google peut lire le nom du fichier dans cette url, assure-toi de nommer ton fichier pour que Google sache de quoi il s’agit. Nommer son image Photo 1 ne t’aidera en rien.  Donne-lui un nom qui décrit ce qu’est l’image! C’est une belle  opportunité pour insérer un mot-clé, mais pas 10 (keyword stuffing). Je n’ai pas besoin de te réexpliquer pourquoi, n’est-ce pas?

L’autre partie que tu vois dans le code source, c’est le texte alternatif. En anglais, c’est la balise ALT. C’est le texte qui va être montré dans le navigateur quand les images ne sont pas visibles. Par exemple, pour les aveugles qui ont un programme de text-to-voice.

La balise ALT devrait décrire l’image précisément. C’est une bonne place pour insérer une phrase avec un mot clé ou un synonyme, mais ne jamais utiliser la balise ALT pour faire du keyword stuffing.

Sur WordPress, tu vas pouvoir modifier ton texte alternatif lorsque tu vas ajouter un média:

Autre point à savoir concernant les images. Google ne reconnait pas le texte dans les images. Donc, s’il y a des mots ou des phrases importantes que tu veux que Google reconnaisse, utilise du texte.

Conclusion

Dans cet article, je t’ai expliqué comment créer du contenu de qualité qui va bien se référencer, dans le but d’apporter une quantité considérable de visiteurs sur ton site de manière récurrente.

Les 3 points importants à retenir:

  1. Créer du contenu pour le visiteur, pas le moteur de recherche
  2. Toujours faire sa recherche de mots clés avant de commencer à rédiger
  3. Faire une bonne utilisation des balises

En suivant ces conseils, tu maximises tes chances d’être best buddy avec Google!

QUI EST Marie-Pierre Guignard?

Avec son bac et sa maitrise en marketing en poche, Marie-Pierre aide Olivier à l'organisation du futur empire! Elle était directrice communication-marketing d'une PME de la région de Québec, avant de se joindre à l'aventure d'Olivier Lambert. Elle apporte à l'équipe par son énergie positive et son esprit vif.

Abonnez-vous à Marie-Pierre

Ce formulaire vous permet de partager vos coordonnées directement avec l'auteur. Ainsi, vous allez restez au fait de ses activités autant sur, qu'en dehors, du site de LaTranchee.com.
← Retour

COMMENTAIRES

Démarrez la discussion https://forum.latranchee.com

COMMUNAUTÉ + COACHING + FORMATION

La Tranchée t'offre un portail de formation 101 gratuit, des rabais sur des formations avancées plus l'accès à une communauté d'entrepreneurs et de marketeurs qui souhaitent tous dominer le monde!

Joindre La Tranchée

À LIRE ENSUITE